Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Lambert Mende mêle les affaires Tungulu et Lumumba, menace la Belgique d'action en justice

Article précédant | Suivant
ACP - 15 octobre 2010
Lambert Mende

Le Gouvernement congolais rejette l’esprit et la lettre de l'ordonnance du juge belge Vanwelkenhuysen du Tribunal de Grande Instance de Bruxelles mettant l’Etat congolais « en demeure de restituer la dépouille de feu Armand Tungulu à sa famille avec une astreinte de 25.000 euros par jour de retard à payer en cas de non exécution ».

Le porte parole du gouvernement, Lambert Mende Omalanga, estime cette ordonnance « totalement inopportune car elle compromet l’enquête en cours en RD Congo sur ce dossier ». Le porte parole, qui réagissait jeudi au cours d’un point de presse à Kinshasa, a déclaré qu’ il y a manifestement « tentative d’obstruer l’enquête avec une pression tout à fait inhabituelle » pour amener les autorités judiciaires congolaises à lever le pied. « Que craignent donc les Belges à ce que l’enquête sur cette mort suspecte se réalise selon les règles de l’art là où les faits ont eu lieu ? Voudrait-on cacher certaines choses ? », s’est-il interrogé.

Pour le gouvernement congolais, « rien, absolument rien n’autorise à un juge belge d’enjoindre à la justice d’un Etat souverain enquêtant sur la mort à l’intérieur de son territoire d’un de ses ressortissants, bien que résidant en Belgique, d’expatrier son corps avant l’aboutissement de l’enquête ». La justice en RDC étant indépendante "n’a pas d’injonctions à recevoir du gouvernement congolais et encore moins de la justice belge", a martelé le porte parole.

Ci-dessous l’intégralité de la communication du gouvernement de la RDC :

« Dans ma communication du mardi 12 octobre 2010, j’ai fait le point sur cette triste affaire du décès de Armand Tungulu, le lanceur de pierres sur le cortège du Chef de l’Etat trouvé mort dans son lieu de détention deux jours après son interpellation. Pour rappel, Monsieur Tungulu avait opposé une farouche résistance aux éléments chargés de procéder à son arrestation, ce qui a alimenté des rumeurs sur les causes de son décès, constaté le 1er octobre, par le Procureur Général de la République.

En dépit des premières constatations indiquant un suicide par pendaison, les autorités judiciaires congolaises ont décidé d’ouvrir une enquête pour élucider les circonstances de cette mort considérée comme suspecte et ce, dans l’intérêt de la justice et de la famille du disparu. Contre toute attente, nous sommes informés qu’une ordonnance rendue en «extrême urgence», lundi 11 octobre, par le juge Vanwelkenhuyzen du Tribunal de Grande Instance de Bruxelles mettait l’Etat congolais en demeure de restituer la dépouille de feu Armand Tungulu à sa famille avec une astreinte de 25.000 euros par jour de retard à payer en cas de non exécution.

Le Gouvernement de la RD Congo rejette l’esprit et la lettre de l'ordonnance du juge belge Vanwelkenhuysen. Cette ordonnance est totalement inopportune car elle compromet l’enquête en cours en RD Congo sur ce dossier. Cela nous suggère une nouvelle piste d’enquête car l’ordonnance belge viole substantiellement la Charte des Nations-Unies signée par le Royaume de Belgique et la RDC et dont l’article 2 proclame l’égalité souveraine entre Etats membres. S’agissant de faits ayant abouti à la mort d’un ressortissant congolais intervenus en territoire congolais, il n’existe à notre connaissance, aucune disposition légale, même pas dans la célèbre loi belge dite de la compétence universelle – du reste abrogée suite aux critiques qu’elle souleva en Europe et même aux Etats-Unis – ne peut justifier l’empressement théâtral du juge Vanwelkenhuysen.

Rien, absolument rien n’autorise un juge belge à enjoindre à la justice d’un Etat souverain enquêtant sur la mort à l’intérieur de son territoire d’un de ses ressortissants, bien que résidant en Belgique, d’expatrier son corps avant l’aboutissement de l’enquête. Cette pantalonnade est d’autant plus inexplicable que le juge belge n’ignore pas que le corps de M. Tungulu n’est pas gardé par le gouvernement congolais, souffre–douleur de prédilection des bonnes âmes nostalgiques dans l’ancienne métropole. La dépouille mortelle qui est un élément de la procédure judiciaire sur la mort de ce compatriote, est entre les mains de la Justice congolaise pour raisons d’enquêtes. La justice en RDC étant indépendante n’a pas d’injonctions à recevoir du Gouvernement congolais et encore moins de la justice belge. Ce qui est insinué dans cette ordonnance du juge belge c’est que la justice belge peut donner des injonctions à la justice congolaise. Une démonstration de plus du fait que pas mal d’officiels en Belgique, à l’instar du juge Vanwelkenhuysen auteur de cette curiosité n’ont pas évolué avec le temps et continuent de croire que le Congo Kinshasa reste toujours cet appendice de la Belgique qu’il fut avant 1960.

D’aucuns nous ont brandi le principe de l’indépendance du pouvoir judiciaire en Belgique pour justifier l’injustifiable. Cela revient à demander à la République Démocratique du Congo de se soumettre à l’indépendance de la justice belge en oubliant que la justice congolaise est tout aussi indépendante par la volonté de la Constitution congolaise, seul référentiel légal auquel le gouvernement congolais est soumis.

A l’évidence, l’acte du juge bruxellois crée un litige de plus entre nos deux Etats. Ce litige ne sera résolu qu’en application de la Charte des Nations-Unies. Il appert clairement des principes de ladite Charte que nous avons rappelés que l’ordonnance du juge belge faisant injonction à l’Etat congolais de restituer sans aucune forme de procédure aux requérants la dépouille mortelle de feu Armand Tungulu de même que l’astreinte y relative constituent des violations d’une obligation juridique internationale du Royaume de Belgique à l’égard de la République Démocratique du Congo, en ce qu’elles méconnaissent le principe d’égalité souveraine de tous les membres de l’Organisation des Nations Unies. 2. L’astreinte de 25.000 Euros par jour de retard à laquelle serait condamnée la RD Congo est un chantage inadmissible.

Le Gouvernement congolais rejette également cette insulte à la souveraineté nationale et au droit interne congolais. Nous osons espérer que cette mascarade honteuse sera mise à néant. A défaut, la RD Congo se verra dans l’obligation d’en référer à la Cour Internationale de Justice. La RD Congo, qui s’est montrée jusqu’à ce jour tolérante dans le traitement des dossiers litigieux les plus sensibles entre elle et le Royaume de Belgique, envisagerait alors l’option de compter dorénavant sur les solutions judiciaires desdits dossiers. Nous pensons notamment au dossier de l’assassinat de notre premier Chef du Gouvernement Patrice Emery Lumumba, par qui on sait en Belgique que nous avons mis des décennies à examiner dans le silence.

Cela revient à dire que le Gouvernement envisage à partir de ce jour, d’initier une action contre les dirigeants et l’Etat belges, cités notamment dans des chroniques d’experts patentés comme le sociologue flamand Ludo de Witte, devant les juridictions congolaises pour ce véritable acte d’agression contre notre jeune Etat en 1960. La responsabilité de l’Etat belge étant apparue comme prépondérante dans ces événements, le Gouvernement congolais estime que sans éluder celle d’acteurs congolais ou autres, le moment est venu de compléter le travail des académiciens en faisant dire le droit. En somme, l’exigence de vérité et le respect dû tant aux personnes qu’aux peuples et à leurs institutions ne doivent souffrir d’aucune discrimination, quelles qu’en soient les motivations".


Autres articles


  1. Le passeport semi-biométrique n'offre pas de garantie sécuritaire, selon le gouvernement (17 septembre 2017)
  2. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  3. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  4. Le général Kanyama, chef de la police de Kinshasa, sanctionné par le Trésor américain (23 juin 2016)
  5. L'opposant Katumbi condamné à 3 ans de prison pour un conflit immobilier (22 juin 2016)
  6. Moïse Katumbi inculpé pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat », précise le parquet (19 mai 2016)
  7. Recrutement des mercenaires: Katumbi demande une confrontation avec les personnes arrêtées (12 mai 2016)
  8. Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues» (5 mai 2016)
  9. L'opposition porte plainte pour agression lors de son meeting de N'djili (14 octobre 2015)
  10. Lambert Mende n'est pas surpris par la démission de Moïse Katumbi (1 octobre 2015)
  11. Les frondeurs du G7 se sont «auto exclus», selon le bureau de la Majorité présidentielle (16 septembre 2015)
  12. Joseph Kabila révoque son ministre du Plan et son conseiller spécial en matière de sécurité (16 septembre 2015)
  13. Attaque de l'aéroport de Goma : 4 personnes arrêtées (3 juin 2015)
  14. Fosse commune de Maluku: le défi de la transparence (13 avril 2015)
  15. Elections en RDC: Barack Obama insiste sur le respect de la constitution (1 avril 2015)
  16. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  17. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  18. Plusieurs activités perturbées à Kinshasa dans les manifestations contre la loi électorale (19 janvier 2015)
  19. Joseph Kabila confirme la tenue d'élections provinciales en 2015 (1 janvier 2015)
  20. Pauline Opango, la veuve de Patrice Lumumba, inhumée à Kinshasa (29 décembre 2014)
  21. Louis Koyagialo est décédé en Afrique du Sud (14 décembre 2014)
  22. Human Rights Watch réclame que les crimes du M23 soient jugés (12 décembre 2014)
  23. Le G.14 juge le remaniement du gouvernement inopportun (10 décembre 2014)
  24. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  25. Révision constitutionnelle : « Sauvons la RDC » réchauffe le camp du refus (19 novembre 2014)
  26. Les magistrats décrètent une grève illimitée (3 novembre 2014)
  27. Le pasteur Kutino Fernando libéré (15 septembre 2014)
  28. Le calme revient après des tirs autour du camp Tshatshi (22 juillet 2014)
  29. Révision constitutionnelle: l'UDPS met en garde, la majorité évoque des articles «inadaptés» (11 juin 2014)
  30. Le Gouvernement propose la révision de la constitution (10 juin 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.