Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La présidentielle à un tour est « un risque partagé », selon l'AMP

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 11 janvier 2011
Joseph Kabila

S’étant longtemps mis à l’écart du grand débat sur la révision de certaines dispositions de la Constitution, notamment celle touchant au mode de scrutin présidentiel, le Chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, a réuni hier lundi 10 janvier dans sa ferme de Kingakati, sur la route de Bandundu, les ténors de la Majorité. Là où l’Opposition s’agite, le chef de l’Etat a tenté de calmer le jeu. La présidentielle à un tour ne profite nullement à la Majorité. Au contraire, c’est « un risque partagé », pense-t-il, qui peut tout autant se retourner contre la Majorité.

La rencontre était voulue sympathique et familiale pour échanger les vœux à l’occasion de la nouvelle année 2011. Mais, c’était aussi une occasion pour les ténors d’échanger les idées et pensées autour de grands enjeux politiques du moment.

Chefs des partis, membres du gouvernement, députés et sénateurs ainsi que des personnalités indépendantes proches de la Majorité, ont tous répondu à l’invitation de la ferme présidentielle de Kingakati, sur la route de Bandundu.

Comme en témoignent les propos recueillis auprès des personnalités qui ont été associées à cette cérémonie.

Sobre et décontracté, le président de la République s’est voulu avant tout rassembleur, cherchant à ramener le débat politique sur terre, loin de toute passion. Lorsque l’Opposition politique s’agite autour de la proposition de révision du mode de scrutin présidentiel à un tour, Joseph Kabila s’est montré plutôt conciliateur, évitant de prêcher pour une seule église, en l’occurrence celle de la Majorité. Mais, c’est dans les faits que le président de la République a ramené le débat.

Pour lui donc, le scrutin présidentiel est cette voie du réalisme qui doit permettre à la RDC non seulement d’organiser les élections dans le délai mais aussi d’éviter le désastre en cas d’impossibilité de réunir les conditions techniques et matérielles requises pour un scrutin à deux tours. De toute façon, a-t-il fait savoir, nul ne part gagnant dans un scrutin présidentiel à un tour, dès le départ. Mais, c’est prenant en compte les réalités du terrain, et devant les contingences financières que ce mode de scrutin se révèle salvateur pour le pays.

La vérité des chiffres

Quelle est donc cette vérité des chiffres qui légitimerait un scrutin présidentiel à un seul tour ? Pour dissiper tout malentendu, le chef de l’Etat est allé par une remontée dans le temps. En 2006, a-t-il dit, les élections ont couté 546 millions Usd, dont une bonne partie financée par la Communauté internationale. En 2011, il en faudra 715 millions Usd, a indiqué le chef de l’Etat pour organiser dans des conditions plus au moins optimales des élections libres, transparentes et démocratiques. Or, à ce jour, a-t-il poursuivi, ainsi que renseignent des sources présentes à la rencontre de Kingakati, le gouvernement, qui s’est engagé à hauteur de 60%, n’a pu débloquer que 120 millions Usd. Par contre, la Communauté internationale, qui a promis de contribuer à concurrence de 40%, n’a, à ce jour, débloqué, sous forme d’appui logistique, que l’équivalent de 80 millions Usd. Et, rien ne rassure que cette communauté internationale est prête à délier davantage le cordon de sa bourse pour faire plus.

C’est devant cette impasse qu’est donc née la proposition d’un scrutin présidentiel à un seul tour. Car, de l’avis du chef de l’Etat, le scrutin à un tour permet à la nation d’épargner près de 230 millions Usd. Faudrait-il encore que le gouvernement parvienne à mobiliser sa part de 60% du budget électoral.

Or, dans le contexte actuel, cet effort relève de l’utopie. En interne, la faible capacité de mobilisation des recettes de l’Etat ne favorise pas une telle option. De même en externe, notamment en espérant un appui conséquent en termes de pas-de-porte, des recettes exceptionnelles susceptibles d’être affectées au budget sont tout aussi aléatoires qu’incertaines. Déjà, la RDC doit faire face à un acharnement des fonds vautours qui ont immobilisé en sa défaveur près de 175 millions Usd.

Loin de susciter des inquiétudes et des agitations dans la classe politique, la chef de l’Etat fait remarquer que le choix d’un scrutin présidentiel tient plus à la raison qu’au calcul politicien. Il y a, en perspective, un « gros piège » tendu à la RDC. Ce piège qui précipiterait le pays dans le désastre et le chaos. C’est notamment dans l’hypothèse où, compte tenu de ses maigres moyens, le gouvernement ne parvient d’organiser dans le délai constitutionnel les élections.

Pour le président de la République qui l’a redit devant ses invités à Kingakati, la classe politique congolaise doit dépassionner le débat en mettant en avant de ses analyses le seul intérêt du pays. Le scrutin présidentiel à un tour a l’avantage de permettre au pays d’être à la fois maître de ses élections et responsable de son destin. Dans la mesure où, ce mode de scrutin correspond à la capacité du pays à faire face au coût du budget électoral. Pour Joseph Kabila, tout doit être fait pour éviter que la RDC ne retombe dans le grand piège lui tendu au bout de l’année 2011 ; celui d’un vide juridique à la fin constitutionnelle du mandat en cours.

La présidentielle à un tour profiterait donc tout autant à la Majorité qu’à l’Opposition. En fin de compte, a estimé le président de la République, c’est « un risque partagé ». Chacun peut perdre ou gagner au premier tour – rien n’indique que seule la Majorité en serait la grande gagnante.

Ainsi, s’il y a quelque chose à éviter, c’est d’entraîner la RDC vers un vide juridique où le pays serait une fois de pris en otage par des conciliabules qui retarderaient davantage le grand effort national de reconstruction déjà perceptible dans différents provinces de la République. Tout doit donc être fait pour ne pas rater les élections de 2011, a réitéré le chef de l’Etat devant les ténors de la Majorité, réunis hier lundi 10 janvier à Kingakati.

Le décor est planté

Au Parlement, seule institution habileté à trancher sur la question d’une éventuelle révision de la Constitution, le décor s’est déjà mis en place. A la Chambre basse du Parlement, c’est aujourd’hui mardi que la question devait être soumise à la plénière. Le Sénat, quant à lui, devait aménager, en conférences des présidents, son calendrier pour inscrire le sujet à l’ordre du jour de sa session extraordinaire. Tout compte fait, avant la clôture le 15 janvier 2011 de la session extraordinaire du Parlement, les deux Chambres devront donc se retrouver en congrès pour trancher définitivement sur la question de la révision constitutionnelle.

Outre le point portant sur l’impératif d’une révision constitutionnelle, le chef de l’Etat a fait, à l’attention de ses hôtes, l’état des lieux de la situation sécuritaire sur l’ensemble du territoire. Hormis quelques poches de résistance – du reste – maîtrisables dans le Nord et le Sud-Kivu, il a fait savoir que la situation est « de plus en plus stable » par rapport aux deux années antérieures.

En ce qui concerne la neutralisation des FDLR, le chef de l’Etat a souligné que des dispositions sont prises par voie diplomatique pour les anéantir. Cependant, il a déploré le recrutement d’une milice au départ de Brazzaville par le général Faustin-Benoît Munene. A ce jour, a-t-il indiqué, un groupe de 75 jeunes relevant de cette milice ont été arrêtés au niveau de Maduda dans le Bas-Fleuve (Bas-Congo). Aussi, a-t-il appelé l’ensemble de la population congolaise à la vigilance pour que des pêcheurs en eaux troubles ne brisent pas l’élan de reconstruction de plus en plus visible depuis quelques années.

Par rapport à la rencontre de Kingakati, il faut dire que bien avant la communication du chef de l’Etat, c’est Louis Koyagialo, secrétaire exécutif adjoint de l’AMP, qui a été le premier à prendre la parole.

Outre la traditionnelle cérémonie d’échanges des vœux, cette rencontre était l’occasion d’échanger sur les questions grandes politiques de l’heure, notamment celles portant sur la révision constitutionnelle et la nouvelle loi électorale.

Introduisant ces deux sujets, il a regretté l’attitude de l’opposition qui « prend le plaisir de se victimiser, de mentir, et cherche par tous les moyens à bloquer toute initiative pour organiser les élections dans le délai ». A cet effet, il a invité la Majorité à « jouer pleinement son rôle » pour que l’année 2011 soit celle de la victoire de Joseph Kabila à la magistrature suprême.

Tout se joue avant le 15 janvier

A Kingakati, les ténors de la Majorité sont allés repenser la stratégie. Autour du chef de l’Etat, la voie à suivre et l’attitude à adopter ont été transmises à tous les membres de la plate-forme pour qu’aucune distraction ne sème le désordre dans ses rangs. Tous devront donc marcher à la même cadence.

Premier parti de la Majorité, le PPRD a d’ores et déjà tracé la voie. D’autres partis de la mouvance présidentielle ne devraient pas tarder à lui emboîter le pas.

Devant la presse qu’il a réunie lundi à l’hôtel Invest, le professeur Emile Bongeli a été à la fois clair et limpide. « Le PPRD, a-t-il déclaré, ne trouve pas de raisons profondes de tiraillement autour de cette question, dont l’Opposition voudrait se servir à la fois pour jeter de doute dans l’esprit de la population et discréditer auprès de la Communauté internationale les institutions légalement issues des élections de 2006 ».

A Kingakati, la consigne a été donnée. La Majorité soutient donc la révision constitutionnelle qu’elle votera à l’issue du débat qui aura lieu, avant le 15 janvier 2011, au Parlement.

Shay mukenge19 janv. 2011 09:57
C´est vraiment honteux pour un grand pays comme la RDC de son incapacité d´organiser des életions à deux tours. Dans le discours de fin d´année, Kabila a fait un discours brillant, oú il avait laissé entendre que le pays était sur la bonne voie et beaucoup de progres ont été atteints sur les differents plans, comme le même president, à une semaine de son discours, le pays est incapable d´organiser les élections à 2 tours? - La demagogie que regnait sous la deuxième republique continue à battre record.... - Haiti, le pays le plus pauvre du monde est en train de tenir ses élections à 2 tours, malgré la pauvreté. Le gouvernement congolais dois respecter son peuple.
eleve19 janv. 2011 07:11
Moi je soutiens sophia, pcq si le gouvernement n'a pas réunis ces moyens pour organiser un scrutin à deux tours, comme prévu par la constitution, ils ne comprennent pas encore la politique. Alrs moi nelson je soutiens mon pote francois mwamba qui dit que le gouvernement en place ne mérite plus la confiance de peuple
Sophia11 janv. 2011 05:08
Si vraiment la cause fondamentale telle que stipulée par le président de la République pour un scrutin à un tour serait le manque des moyens financiers, je trouve c'est une honte pour le gouvernement actuel. Honte parce qu'ils mal géré le pays c'est pourquoi après un mandat présidentiel le pays est incapable d'organiser les élections. Par ce fait le président avoue qu'il a mal dirigé le pays et par conséquent il ne doit même pas donner une candidature pour la présidentielle 2011 parce que après le mandat de 2011 les mêmes bêtises vont se répéter. C'est déjà une raison de contre campagne pour lui. Honte parce que en soutenant que la RDC est incapable d'organiser un scrutin a deux tours par manque de moyens, le président entre en conflit avec ses discours selon lequels le pays irait bien. Et enfin le président montre que son projet des cinq chantiers est un échec, parce que si les cinq chantiers réussissaient après quatre ans un Grand Congo ne pourrait nullement manquer l'argent pour un scrutin a deux tours. Congolais vous êtes vous témoins de toutes ces choses.
Julien Muteba11 janv. 2011 01:26
A qui la faute si les moyens ne sont pas réunis, comme le prétend aujourd'hui le gouvernement? L'opposition n'est pas au pouvoir! La tache de réunir ce montant appartient au gouvernement! Il est étonnant que nos dirigeants n'ont pas honte d'afficher leur échec à organiser ces élections, comme le prescrit la Constitution, alors qu'ils ont eut cinq ans pour s'y préparer. C'est le comble de l'irresponsabilité.

Autres articles


  1. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  2. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  3. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  4. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  5. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  6. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  7. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  8. Violences à Kinshasa: l'UDPS avance un bilan d'environ 100 morts (22 septembre 2016)
  9. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  10. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  11. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  12. L'Opposition républicaine de Kengo wa Dondo refuse le dialogue non inclusif (23 août 2016)
  13. Lisanga Bonganga appelle l'opposition à s'unir autour d'Etienne Tshisekedi (28 juillet 2016)
  14. Etienne Tshisekedi est rentré à Kinshasa (27 juillet 2016)
  15. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  16. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  17. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  18. Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition (4 janvier 2016)
  19. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  20. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  21. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  22. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  23. L'UDPS ne participera pas au dialogue « made in Kabila » (1 décembre 2015)
  24. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  25. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  26. Pierre Lumbi: «Il est de notre devoir de nous opposer à la révision constitutionnelle» (5 novembre 2015)
  27. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  28. Commissaires spéciaux: un député de l'opposition dénonce une violation de la constitution (30 octobre 2015)
  29. Joseph Kabila nomme les commissaires spéciaux de nouvelles provinces (29 octobre 2015)
  30. Franck Diongo : Kabila ne rassure pas la classe politique (7 octobre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.