Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Le ministre de l'Intérieur annule les arrêtés du maire de Lubumbashi réglementant l'accès à cette ville

Article précédant | Suivant

Le Palmares - 12 août 2008

Dennis Kalume

Le tollé de réactions de protestation soulevé par les mesures de restriction des entrées des populations congolaises dans la ville de Lubumbashi vient d'amener le ministre de l'Intérieur à annuler ces dispositions en vue de faire régner l'entente, la quiétude et l'unité entre Congolais. L'opinion avisée a été surprise par les mesures du maire de la ville de Lubumbashi réglementant les entrées et la circulation des congolais au chef-lieu de la province cuprifère.

Afin d'éviter toute contradiction et zizanie qui peuvent, à la longue, s'en suivre, le ministre d'Etat à l'intérieur, Sécurité et Décentralisation, Denis Kalume Numbi vient d'annuler ces arrêtés. Car, selon lui, ces dispositifs sont de son ressort, c'est-à-dire, du pouvoir central au terme des dispositifs mis en place par la loi fondamentale de la République à base des articles 30, 32 et 122.

Denis Kalume Numbi regrette le fait que le premier citoyen de la ville de Lubumbashi ait pu outrepasser ses prérogatives du fait qu'il n'est pas habilité à prendre de telles décisions qu'il a qualifiées d'illégales.

Le numéro un du ministère de l'Intérieur, sécurité et Décentralisation s'en est vivement défendu conformément à l'ordonnance n°07/018 du 16 mai 2006 fixant les compétences de son ministère.

Aussi, il a tenu compte du mutisme du gouverneur de la province du Katanga avant de s'engager dans de telles responsabilités. C'est la raison pour laquelle, dans ses arrêtés n°s 036 et 037 du 11 août 2008, Denis Kalume Numbi vient d'annuler purement et simplement les arrêtés taxés d'illégaux du maire du chef-lieu de la province cuprifère du Katanga dans l'unique intention de faire régner l'unité, l'entente et la quiétude entre le peuple congolais.

Les observateurs pensent également qu'il y va de la sauvegarde de la décentralisation. Dès lors, les craintes exprimées samedi dernier par le ministre de l'Intérieur, Sécurité et Décentralisation trouvent leur justification dès lors qu'on se trouve face à une décentralisation à double facette après la promulgation de la loi sur la décentralisation en l'absence de celles sur les finances et la fonction publique.

Cet acte constitue un signe avant-coureur sur le désordre qui peut rivaliser d'ardeur avec la naissance des nouvelles provinces pour lesquelles des rencontres se tiennent dans le cadre d'une prévention souhaitée, quand on sait que gouverner c'est prévoir.

En fait, si dans le cadre de la décentralisation, les gouvernants provinciaux n'hésitent pas à outrepasser leur pouvoir, il y a gros à parier que des situations semblables ne tarderont pas à surgir dans la gestion des nouvelles entités provinciales.

Quitte à l'autorité centrale de prendre ses dispositions afin de mettre en place des garde-fous à même de contrecarrer tout débordement d'où qu'il vienne. Car, plus il y aura ces genres de tares, moins la reconstruction nationale se mettra sur la rampe de lancement.

En ce  moment-là, c'est le peuple, toutes classes confondues, qui en payera les frais du fait que tous les efforts qu'il s'est donné en élisant librement et en toute conscience ses élus, n'aura engendré aucun changement notable.



TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2014 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.