Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La SADC propose des solutions aux dossiers du Zimbabwe et de la RDC

Article précédant | Suivant
XINHUA - 11 novembre 2008


Au terme d'une journée  de discussions, les représentants des pays membres de la  Communauté de développement d'Afrique australe (SADC), réunis  depuis dimanche à Johannesburg (Afrique du Sud), sont parvenus à  un communiqué visant à résoudre la crise politique au Zimbabwe et  les conflits en République démocratique du Congo (RDC). 

     Le chef du bloc régional, Tomaz Salomao, a déclaré que le  sommet a débouché sur une décision qui prévoit que "le  gouvernement non exclusif soit formé dans l'immédiat au Zimbabwe"  et que "le ministère de l'Intérieur soit co-administré entre le  ZANU-PF (Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique,  au pouvoir) et le MDC-T (Mouvement pour le changement démocratique de Morgan Tsvangirai, opposition)". 

     En septembre dernier, le président zimbabwéen, Robert Mugabe,  et le chef de l'opposition, Morgan Tsvangirai, ont signé un accord de partage du pouvoir, qui achoppe toutefois sur la question liée  à l'attribution de certains portefeuilles majeurs du cabinet, dont celui de l'Intérieur. 

     Le président sud-africain, Kgalema Motlanthe, dont le pays  assume la présidence tournante de la SADC, a déploré l'enlisement  des discussions sur la formation du cabinet deux mois après la  conclusion de l'accord, appelant la direction du Zimbabwe à faire  preuve de maturité politique et à placer en priorité l'intérêt du  pays. 

     En ce qui concerne le dossier de la RDC, les représentants de  la SADC ont convenu de fournir des assistances et d'envoyer une  mission du maintien de la paix si besoin est. 

     "La situation de sécurité en RDC a affecté la paix et la  stabilité de la SADC et des régions des Grands Lacs... la  situation de sécurité et humanitaire se détériore dans l'est de la RDC", indique le communiqué. 

     "La SADC doit offrir une assistance immédiate aux forces armées de la RDC", a souligné M. Salomao. 

     La SADC ne doit pas rester les bras croisés à assister aux  actes de violence incessants et destructifs perpétrés par des  groupes armés contre la population innocente de la RDC, a-t-il  fait remarquer, ajoutant que la SADC dépêchera, le cas échéant,  des forces du maintien de la paix dans la province de Kivu, comme  le prévoit le Cadre de Nairobi. 

     Aux dires de M. Salomao, les forces armées de la RDC ont besoin de renfort afin de mieux protéger l'intégrité territoriale et la  souveraineté, et la SADC enverra dans l'immédiat sa Commission de  supervision militaire dans les régions frontalières de la RDC avec le Burundi, le Rwanda et l'Ouganda. 

     Le bloc compte aussi demander à l'ONU d'étendre le mandat de sa mission du maintien de la paix, MONUC, qui n'est pas habilitée à  s'engager dans l'est de la RDC. 

     M. Salomao a en outre rejeté les allégations selon lesquelles  l'Angola a déjà envoyé des troupes en RDC, révélant toutefois que  cela pourrait intervenir au plus vite si nécessaire. 

     Le sommet a décidé de désigner un représentant de la SADC dans  le mécanisme de médiation établi par la région des Grands Lacs  pour la RDC, a-t-il poursuivi.  

     Selon les estimations de l'ONU et de certains groupes  humanitaires, les derniers conflits depuis septembre dans l'est de la RDC ont fait au moins 100 morts et 250.000 déplacés.



TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.