Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
La France annule plus d'un milliard USD de dette de la RDC

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 7 juin 2011
Echange de l'accord d'annulation entre Matata Ponyo (RDC) et Christine Lagarde
Echange de l'accord d'annulation entre Matata Ponyo (RDC) et Christine Lagarde (France)(photo:le Potentiel)

Après l’atteinte du point d’achèvement, le gouvernement continue à aligner des succès dans les négociations bilatérales engagées avec les créanciers du Club de Paris. A l’espace de quelques mois, plusieurs de ces créanciers ont répondu à l’appel. Depuis le lundi 6 juin 2011, la France vient de se joindre à ce groupe en signant, depuis Paris, l’accord d’annulation de la dette envers la RDC pour plus d’un milliard Usd. Témoin de l’événement : le ministre des Finances, Matata Ponyo.

Longtemps considéré comme un leurre, l’accord d’annulation de la dette de la RDC depuis l’atteinte le 1er juillet 2010 du point d’achèvement de l’initiative PPTE, se concrétise au jour le jour. A l’espace de quelques mois, le gouvernement, par l’entremise du ministre des Finances, est parvenu à amener ses principaux créanciers du Club de Paris à signer, enfin, des accords d’annulation, suivant les termes convenus au point d’achèvement de l’Initiative PPTE. L’Autriche et les Etats-Unis ont été les premiers à inaugurer ce cycle. Tout récemment, la Belgique, le Pays-Bas et l’Italie leur ont emboîté le pas.

Aujourd’hui, c’est la France qui a décidé de rejoindre cette dynamique pour marquer, comme les autres, son soutien à la reconstruction.

Depuis Paris, capitale de la France, où il se trouve en mission de service, Matata Ponyo Mapon, ministre des Finances, a pu obtenir du gouvernement français l’accord d’annulation de 91,44% du stock de la dette de la RDC envers la France, soit l’équivalent de plus d’un milliard Usd. Avec cet accord d’allègement, la dette due à la France passe de 1.043,56 millions d’euros à 89,30 millions d’euros.

Cet accord d’allégement a été signé à l’issue de l’entretien que le ministre Matata Ponyo a eu hier lundi 6 mai dans la matinée avec Mme Christine Lagarde, ministre française de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

Une fois de plus, la France vient de poser un acte qui confirme son soutien au plan de reconstruction de la RDC. Ce qui rejoint, d’ailleurs, les assurances faites récemment par son ambassadeur en RDC, Pierre Jacquemot, lors de sa conférence d’adieu avec la presse congolaise. Plus de doute possible, la France se met bel et bien aux côtés de la RDC pour l’accompagner dans le vaste chantier de reconstruction.

A l’actif du Gouvernement

Nombre d’observateurs de la scène économique congolaise pensent que cet accord d’allégement est une marque de confiance aux efforts inlassables que mène le gouvernement pour consolider davantage la stabilité du cadre macroéconomique, tout en garantissant la transparence dans la gestion des Finances publiques.

Le soutien de la France témoigne de la bonne tenue des finances publiques depuis un temps. C’est dire que l’atteinte le 1er juillet 2010 du point d’achèvement de l’initiative PPTE n’a pas été le fait du hasard. Elle a été le couronnement d’un travail méthodique mené sous la houlette du chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, pour donner la chance à la RDC de se décharger du poids d’une dette odieuse de plus de 13 milliards Usd. Pour y parvenir, le chef de l’Etat s’est appuyé sur le ministre des Finances, Matata Ponyo Mapon.

En effet, depuis son arrivée au ministère des Finances, des lignes ont bougé – dans le bon sens d’ailleurs – dans la tenue des finances de l’Etat. Tous, sans exception (gouvernement, partenaires et services rattachés au ministère des Finances, etc.), se sont impliqués dans la nouvelle dynamique insufflée par Matata Ponyo. Le couronnement a été obtenu le 1er juillet 2010 par l’atteinte du point d’achèvement de l’Initiative PPTE. Depuis cette date, le gouvernement va de succès en succès sur le front financier.

Plus rien ne peut donc obstruer la marge vers l’émergence des « finances de développement », terme qu’affectionne bien le ministre des Finances, qui a dit fonder toute son action sur ce crédo.

Avec son arrivée au ministère des Finances, Matata Ponyo a démontré que l’impossible n’était pas congolais. Là où les mauvaises langues prédisaient le naufrage, le ministre des Finances a continué à aligner des succès, concrétisant la vision clairement exprimée par le chef de l’Etat au travers du grand projet de la reconstruction : les cinq chantiers.

Christine Lagarde reçoit le soutien de la RDC

La rencontre entre les deux argentiers a été l’occasion pour Matata Ponyo Mapon de confirmer tout le soutien total du gouvernement congolais à la candidature de Mme Christine Lagarde au poste de directeur général du Fonds monétaire international (FMI). En effet, pour le chef de l’Etat qui a, à maintes reprises, réaffirmé pleinement le soutien de la RDC à la candidature de Mme Lagarde, les réformes du FMI entreprises sous l’égide de l’ancien directeur général, et dont un des volets visait à donner plus d’importance dans les organes du FMI aux pays émergents et à mieux faire entendre la voie des pays, méritent d’être poursuivies et conduites à leur terme.

La RDC, a fait savoir Matata Ponyo, est d’avis que Mme Lagarde concilie bien compétence technique et expérience politique pour continuer à la tête du FMI la mission entamée par son prédécesseur. Ainsi, en tant que pays africain et francophone, la RDC s’est d’ores et déjà rangée du côté de Christine Lagarde dans la course à la succession de Dominique Strauss-Kahn.

Bien des sujets de grande importance ont été abordés au cours du séjour parisien du ministre des Finances, en route vers Lisbonne où il participe du 9 au 10 juin 2011 aux assemblées annuelles de la Banque africaine de développement.

Ainsi, concernant la réforme des régies financières, Matata Ponyo a sollicité de la France un appui de son ministère des Finances pour conduire un diagnostic et définir un plan d’actions à court et moyen terme visant à améliorer la performance des régies financières en matière de mobilisation des recettes. Concrètement, la RDC entend de la France le détachement d’un inspecteur des finances chevronné pour la conduite d’une mission chargée de diagnostiquer les régies financières et la direction générale de la dette publique en vue de la définition de principales mesures du plan d’actions.

La faible participation des entreprises française à la relance de l’économie congolaise a été également au centre de cet entretien. A ce sujet, le ministre des Finances a sollicité l’appui de son homologue de la France pour qu’ensemble les deux pays examinent les voies et moyens de mobiliser un plus grand nombre d’investisseurs français.

La mobilisation d’un appui budgétaire de la France en faveur de la RDC, la concrétisation des promesses du FMI pour un appui aux pays membres, le lancement du mécanisme C2D (contrats désendettement et développement) ont figuré en bonne place dans les discussions que le minisre des Finances a eues à Paris avec la ministre française de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

A noter qu’à l’étape de Bruxelles, le ministre Matata Ponyo s’est entretenu avec le commissaire européenn au Dévéloppement, Andris Pielbags. L’essentiel de leur entretien a tourné autour de l’évaluation du partenariat qui lie la RDC à l’Union européenne. C’était donc l’occasion pour l’argentier national de réafirmer la ferme volonté du gouvernement à tout mettre en oeuvre pour engager la RDC sur la voie du développement.

Il faut reconnaître qu’avec l’accord d’allégement de la dette obtenu de la France, le gouvernement a le champ libre pour intensifier des discussions avec d’autres bailleurs de fonds pour concrétiser les engagements souscrits au point d’achèvement de l’Initiative PPTE.


Autres articles


  1. Le passeport semi-biométrique n'offre pas de garantie sécuritaire, selon le gouvernement (17 septembre 2017)
  2. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  3. 8 habitants sur 10 vivent sous le seuil de pauvreté absolue en RDC (15 octobre 2015)
  4. «réaménagement technique» du gouvernement Matata II (26 septembre 2015)
  5. Evariste Boshab démissionne du secrétariat général du PPRD (14 mai 2015)
  6. Joseph Kabila confirme la tenue d'élections provinciales en 2015 (1 janvier 2015)
  7. Le Sénat adopte le budget 2015 revu à la hausse (11 décembre 2014)
  8. Le G.14 juge le remaniement du gouvernement inopportun (10 décembre 2014)
  9. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  10. Corruption : la RDC classée 154e sur 174 pays par Transparency International (4 décembre 2014)
  11. Doing Business 2015: la RDC améliore son environnement des affaires (29 octobre 2014)
  12. Rentrée parlementaire : fortes pressions sur les députés et sénateurs (15 septembre 2014)
  13. Le Gouvernement propose la révision de la constitution (10 juin 2014)
  14. Les Grands Lacs et la Centrafrique au centre des discussions entre Kabila et Hollande (21 mai 2014)
  15. A Paris, François Hollande discutera avec Joseph Kabila de la crise en Centrafrique (20 mai 2014)
  16. Kinshasa doit réagir aux expulsions des Congolais de la RDC du Congo/Brazza (14 mai 2014)
  17. Congo/Brazza : plus de 72.000 Congolais refoulés (7 mai 2014)
  18. Le mandat de la Monusco prorogé jusqu'au 31 mars 2015 (28 mars 2014)
  19. 3 jours de deuil national pour les 251 réfugiés morts dans le naufrage sur le lac Albert (27 mars 2014)
  20. Mystère sur les revenus du cuivre congolais malgré la hausse de la production (3 mars 2014)
  21. Gouvernement de cohésion nationale : « Je mange... tu manges ! » (20 février 2014)
  22. Amnistie en RDC: l'opposition accuse le pouvoir d'avoir légiféré uniquement en faveur du M23 (30 janvier 2014)
  23. Le Rwanda donne une nouvelle preuve de son soutien aux rebelles du M23 (29 août 2013)
  24. Joseph Kabila lance les travaux de construction de l'immeuble du gouvernement (2 août 2013)
  25. Matata Ponyo lance les travaux de construction de la nouvelle aérogare de l'aéroport de N'Djili (27 juin 2013)
  26. Matata Ponyo inaugure le guichet unique pour la création d'entreprises en RDC (3 juin 2013)
  27. « La corruption gangrène tous les secteurs économiques de la RDC » (16 mai 2013)
  28. L'Udemo de Nzanga Mobutu appelle le gouvernement à démissionner (29 novembre 2012)
  29. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  30. La RDC perd une place dans le classement Doing Business 2013 de la Banque mondiale (29 octobre 2012)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2017 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.