Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Cas Bemba : les bons offices de Sassou Nguesso

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 7 décembre 2007

Jean-Pierre Bemba

La presse internationale vient, une fois de plus, de mettre à jour le cas Bemba. L'occasion lui en a été offerte par le séjour à Paris du président Denis Sassou Nguesso. Invité à faire un tour d'horizon sur la situation prévalant dans la région de l'Afrique centrale, le président de la République du Congo (Brazzaville) a réservé une réponse sibylline à la question portant sur le «cas Bemba». Réponse qui a laissé entrevoir son implication dans les efforts diplomatiques visant la réconciliation politique en RDC et le retour du sénateur Jean-Pierre Bemba, réfugié au Portugal.

«Le cas Bemba est une affaire avant tout interne (à la République démocratique du Congo). Mais je ne peux pas dire à la presse ce que l'on fait». C'est en ces termes que Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo (Brazzaville) a répondu à une question d'un journaliste de Radio France Internationale (RFI) sur son implication éventuelle dans le retour de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa. Déclaration sibylline et sujette à interprétations. S'il était permis d'interpréter les propos du président du Congo - Brazzaville, il ne fait l'ombre d'aucun doute qu'il doit avoir effectivement offert ses bons offices pour obtenir le retour du sénateur Jean-Pierre Bemba, Président national du MLC, à Kinshasa. Mais dès lors que les tractations en coulisses n'ont pas encore abouti, c'est normal qu'il s'en tienne à la prudence. Donc, pas des propos intempestifs qui compromettraient les efforts entrepris en secret.

UNE CROISADE POUR PLAIDER SA CAUSE

Il n'empêche que, depuis un certain temps, le sénateur Bemba ne cesse de multiplier des initiatives politiques pour forcer son retour au pays. A maintes reprises, il a affirmé son désir de rentrer jouer un rôle dans l'évolution du processus politique au pays. Conscient des conséquences imprévisibles subséquentes aux événements tragiques du second tour de la présidentielle, il aimerait, en homme politique avisé, que lui soient garanties au préalable toutes les conditions de sécurité.

On note que, dans ses initiatives diplomatiques, il avait notamment reçu dans son «exil temporaire» au Portugal, Vital Kamerhe, président de l'Assemblée nationale, Louis Michel, Commissaire européen en charge du Développement et de l'aide humanitaire. En outre, Jean-Pierre Bemba a entrepris une croisade pour plaider sa cause. Il a été vu à New York, au siège de l' Onu, à Dakar, à Bruxelles. Des rumeurs font état de sa présence dans les couloirs du sommet Euro-Afrique qui s'ouvre ce week-end dans la capitale portugaise. L'objectif serait toujours le même.

Partout où il est passé, il n'exprime qu'une obsession : obtenir des assurances sur sa sécurité une fois qu'il aura regagné la RDC. Cela ne surprendrait personne d'apprendre que le président Denis Sassou Nguesso, plus proche de J.P. Bemba et de la RDC sous plusieurs angles, offre ses «bons offices» pour résorber cette épine qui empoisonne le climat politique à Kinshasa.

LE SPECTRE DU SENAT ET DE LA JUSTICE

En attendant des précisions sur les «bons offices» de Denis Sassou Nguesso, il est important de rappeler que pour le président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange, le cas Bemba relève du Sénat et de la Justice. Dans le premier cas, il sera question de s'appuyer sur le règlement intérieur de la chambre haute. Celle-ci devra au préalable se pencher sur les absences du sénateur Bemba pendant deux sessions ordinaires. Si la session d'octobre prend effectivement fin le 15 décembre, le Bureau du Sénat pourrait vraisemblablement se saisir de ce cas si, entre-temps, Bemba n'est toujours pas rentré à Kinshasa. Une commission ad hoc pourrait être mise sur pied en vue de statuer sur ses absences avant l'exclusion qui sera prononcée par le Bureau du Sénat. En moment là, il aura régulièrement perdu son mandat de sénateur.

Quant à la Justice, elle pourrait être actionnée au lendemain de la levée éventuelle de l'immunité parlementaire par le Bureau du Sénat. Le moment sera propice pour que la Justice déclenche d'autres étapes de la procédure judiciaire. Bref, Kabila agite le spectre du Sénat et de la justice.

Contre ces menaces qui pèsent sur l'avenir politique du président national du Mouvement de libération du Congo, candidat malheureux au deuxième tour de la présidentielle, les milieux proches du sénateur J.P. Bemba continuent à croire en un règlement politique. Approche que recommandent les partenaires de la RDC dont, on l'a vu, des représentants attitrés de l'Union européenne et certains leaders des pays membres de l'Union africaine. Kinshasa restera-t-il à jamais sourd à toutes ces sollicitations ? Une bien négative perspective.


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Bemba, Katumbi, Muzito et Matungulu renouvellent leur soutien à Martin Fayulu (16 novembre 2018)
  3. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  4. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  5. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  6. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  7. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  8. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  9. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  10. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  11. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  13. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  14. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  15. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  16. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  17. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  18. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  19. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  20. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  21. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  22. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  23. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  24. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  25. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  26. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  27. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  28. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  29. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  30. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.