Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Kivu: conférence de paix, on commence à parler de réconciliation et de "pardon"

Article précédant | Suivant
MISNA - 11 janvier 2008

Vital Kamerhe Par les discours de Vital Kamerhe, président de l'Assemblée nationale, et d'Azarias Ruberwa, dirigeant du "Rassemblement congolais pour la démocratie" (Rcd) - ex-rébellion pro-rwandaise devenue mouvement politique -, les travaux de la Conférence sur la Paix, la Sécurité et de Développement au Kivu se sont poursuivis hier, près l'Université libre des pays des Grands Lacs, à Goma, chef-lieu du Nord-Kivu.

Après avoir évoqué la situation d'insécurité qui règne dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu - le Nord est le théâtre de combats armés depuis plus de quatre mois -, M Ruberwa a proposé un travail portant sur la "prévention et la réconciliation", requérant des délégués réunis à Goma un "pardon sincère", rapporte "Radio Okapi".

Il est nécessaire d'écouter sans crainte ceux qui sont à l'origine de l'insécurité dans la région, notamment les groupes armés, pour qu'ils exposent les raisons pour lesquelles ils ont recours aux armes, a dit M Kamerhe, demandant aux rebelles de présenter un plan de désengagement de leurs troupes, de décréter un cessez-le-feu et de s'engager dans le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion.

Sur les près de 1000 délégués accrédités à la conférence figurent, en plus des gouvernants et de la société civile, des représentants rebelles, dont les Mayi-Mayi et le Cndp (Congrès national pour la défense du peuple) - mouvement politico-militaire à la tête duquel se trouve le général dissident Laurent Nkunda, responsable ces dernières années de nombreux affrontements dans la région contre l'armée régulière. D'après plusieurs médias, la délégation du Cndp se serait retirée des travaux de la Conférence - ou en tout cas, menacerait de le faire - en raison d'une erreur sur l'identité d'un délégué qui a porté avant-hier à l'arrestation de ce dernier pendant une heure.

Actuellement, les représentants des Forces démocratiques pour la Libération du Rwanda (Fdlr) - groupe armé présent dans l'Est du Congo depuis la fin du génocide rwandais de 1994 - manquent toujours à l'appel de la réunion, les Fdlr étant accusées par le gouvernement de Kigali d'être impliquées dans les massacres d'il y a 14 ans et de constituer un facteur d'insécurité dans l'Est congolais. De fait, c'est également dans le but de défendre "sa" communauté tustie congolaise contre des rebelles tels que les Fdlr que Laurent Nkunda déclare s'être soulevé dans la région. Hier, les réactions en première page des quotidiens congolais sur le début de cette Conférence de paix ne se montraient pas particulièrement enthousiastes : "Le Potentiel" reprochait par exemple aux discours de n'être restés que superficiels et dépourvus de véritables débats de fond, avant de mettre l'accent sur la nécessité de passer aux choses sérieuses.

On espère cependant que l'appareil d'organisation se soit maintenant mis en route en direction de la tenue de débats plus concrets et plus approfondis. Les travaux de la Conférence ont été prolongés, mais les renseignements recueillis sur les médias ne permettent pas encore de connaître la nouvelle date de clôture, initialement fixée au 14 janvier.

Pendant ce temps, dans la zone au nord de Goma, la Conférence semble avoir connu des répercussions positives. "Mis à part quelques affrontements sporadiques, tout est assez calme. Cela nous permet de travailler et d'assister la population civile et les centaines de milliers de déplacés qui vivent encore dans la zone", ont dit hier à la MISNA des sources humanitaires. (Article de Céline Camoin, traduit de l'italien) (CN)


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  6. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  14. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  15. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  16. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  17. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  20. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  23. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  24. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  25. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  26. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  27. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  28. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  29. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)
  30. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.