Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Folles rumeurs à Kinshasa: Vital Kamerhe dans le collimateur des « faucons » du PPRD

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 6 février 2009
Vital Kamerhe

Comparaison n’est pas raison, certes. Toujours est-il que l’Afrique politique nous ramène souvent à des faits similaires. Tenez. Macky Sall, était le président de l’Assemblée nationale du Sénégal. Proche du président Abdoulaye Wade, il a osé entendre Karim Wade, fils d’Abdoulaye Wade sur la tenue du dernier sommet de l’Organisation de la communauté islamiste, OCI, à Dakar. Il a été évincé de la présidence de l’Assemblée nationale sénégalaise, accusé de vouloir «  éclabousser » le président Wade. Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale, est poussé à la démission. Sa dernière déclaration sur Radio Okapi, ignorant l’entrée des troupes rwandaises au Kivu, et la mise en circulation d’une pétition visant la convocation d’une session extraordinaire de l’Assemblée nationale peuvent faire que la foudre lui tombe sur la tête. On lui reproche de chercher à « humilier » le chef de l’Etat. Il est désormais dans le collimateur des «  faucons » du PPRD.

Démissionnera ? Ne démissionnera pas ? L’interrogation est sur toutes les lèvres dans les cercles politiques et le milieu diplomatique en poste à Kinshasa. De fait, le président de l’Assemblée nationale défraie la chronique depuis qu’il a « osé défier » le gouvernement et, selon ses détracteurs, « le chef de l’Etat » en affirmant n’avoir « pas été informé » de l’entrée du contingent rwandais au Kivu, le mardi 20 janvier 2009.

Depuis, les choses semblent aller trop vite et les rumeurs s’amplifient chaque jour davantage sur une démission imminente de Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale. Les « faucons » du PPRD et de l’AMP ne lui pardonnent pas d’avoir fait cette déclaration sur Radio Okapi, ignorant l’entrée des troupes rwandaises en RDC, alors qu’il est connu qu’une telle décision ne pouvait qu’avoir le quitus du président de la République.

D’autre part, au niveau de l’Assemblée nationale, environ 250 députés signataires d’une pétition exigent « la convocation immédiate d’une session extraordinaire du Parlement afin d’examiner les accords conclus par le gouvernement avec l’Ouganda et le Rwanda sur les opérations militaires conjointes pour désarmer les rebelles ougandais et rwandais » installés en province Orientale et au Kivu. Des rumeurs persistantes lui attribuent la paternité de cette initiative.

Ajouter à cela les propos du chef de l’Etat sur l’existence de réseau maffieux au Nord et au Sud-Kivu à décapiter. Le rapprochement est vite fait pour affirmer que Vital Kamerhe est dans le collimateur des « Faucons » du PPRD qui l’accusent de « trahison ». Il est poussé à la démission. A en croire le scénario probable, il devrait présenter sa démission dès l’ouverture de la prochaine session parlementaire.

La « messe du 3 février » à la ferme présidentielle

Le mardi 3 février 2009 à la ferme présidentielle de Kinshasa, une trentaine de personnalités de la famille politique du chef de l’Etat ont pris part à une réunion du bureau politique du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), aux côtés de Joseph Kabila.

Au cœur du débat, a figuré le « comportement de Kamerhe. La réunion, qui a duré près de sept heures, a permis de faire un déballage et de découvrir ce qui se tramait dans le cœur des uns et des autres », a-t-on indiqué, soulignant que « tous les participants étaient contre Kamerhe, sauf trois ou quatre et le chef de l’Etat qui lui a renouvelé sa confiance ».

Pour des observateurs avertis, le sort de Vital Kamerhe serait scellé à partir de cette  « messe du 3 février » à la ferme présidentielle. Allusion a été également faite à cette interview accordée à Jeune Afrique, laissant apparaître les « ambitions démesurées » de Kamerhe. (Sic)

Deux « poids lourds », qui siègent à l’Assemblée nationale mais dont l’identité est gardée secrète, mèneraient le jeu. L’un d’eux aspirerait à occuper le perchoir afin, dit-on, de « protéger les intérêts de la majorité, mieux que ne le fait actuellement Kamerhe ». Ses pourfendeurs lui reprochent également ses « amitiés avec des députés de l’opposition », en faisant passer leurs « idées » dans les lois et les résolutions votées en plénière. Quels bénéficies va tirer l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) de la démission de Kamerhe, considéré il y a peu de temps comme le « fidèle des fidèles du président » ?

La maison se lézarde

Effectivement, la maison PPRD ou AMP, c’est selon, se lézarde. Si les   « Faucons » tiennent à avoir la tête de Kamerhe en cette période cruciale de l’Histoire nationale, il y a lieu de tirer toutes les conséquences qui en découleront.

S’il faut se reporter au cas du Sénégal, l’agitation qui prévaut actuellement dans ce pays pourrait avoir des répercussions sur le processus politique dans ce pays à l’approche de prochaines élections. Le président Wade qui défait et refait ses relations avec ses proches collaborateurs, avec à l’ombre l’entrée en politique de son fils Karim Wade, pourrait provoquer une période d’instabilité au Sénégal.

Certes, le Sénégal n’est ni la RDC, et vice-versa. Plus encore Vital Kamerhe n’est ni Idrissa Seck ou Macky Sall. Mais ce ne sont pas de raisons valables pour avoir une vision écourtée et étriquée des analyses politiques.

Si demain les « Faucons » parvenaient à avoir la tête de Vital Kamerhe, le PPRD et l’AMP devraient également tirer toutes les conséquences. A deux ans de prochaines élections, un tel bouleversement politique ne serait pas sans risque pour la stabilité des partis politiques, des plates-formes politiques, des institutions et le bon déroulement d’une démocratie naissante. Si problème il y a, il s’impose une réflexion profonde, éviter toute délation ou clientélisme politique qui n’aura aucun apport positif sur les actions politiques du président de la République. A moins que l’on soit tout simplement friand du « chaos politique ».


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  6. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  14. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  15. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  16. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  17. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  20. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  23. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  24. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  25. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  26. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  27. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  28. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  29. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)
  30. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.