Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Vital Kamerhe refuse de démissionner

Article précédant | Suivant
L'Observateur - 25 février 2009
Vital Kamerhe

Christophe Lutundula et Brigitte Kalama ont remis leur démission hier

La crise au sein de l'Alliance pour la majorité présidentielle a atteint le point de non retour. Hier mardi 24 février 2009, dans la matinée, le vice-président de l'Assemblée nationale Christophe Lutundula et la questeur adjointe Brigitte Kalama ont présenté leur démission au bureau du secrétariat de l'Assemblée nationale. Des sources concordantes annonçaient quelques heures après que le président de l'Assemblée national Vital Kamerhe allait à son tour présenter sa démission. La tension a monté d'un cran au Palais du peuple. Que non !

Réagissant à ces rumeurs, le cabinet du président de l'Assemblée nationale a fait, dans la soirée, une déclaration dans laquelle il indiquait que Vital Kamerhe n'allait pas démissionner de son poste de président de l'Assemblée nationale. " Le président Vital Kamerhe reste à la tête du Bureau de l'Assemblée nationale. Il va y rester dans le but de sauver la jeune démocratie congolaise. En outre, Vital Kamerhe a été élu par la plénière de l'Assemblée nationale et non par l'Alliance pour la majorité présidentielle qui lui demande aujourd'hui de démissionner ", a déclaré à L'Observateur un membre du cabinet du président de l'Assemblée nationale.


La rupture

Un membre de l'AMP a vivement critiqué l'attitude de ses collègues de l'AMP qui ont provoqué une crise aux conséquences incalculables pour l'avenir de cette plate-forme politique.

Le dimanche 23 février 2009, les membres de l'AMP réunis loin de la capitale ont demandé à tous leurs collègues présents au bureau de l'Assemblée nationale de démissionner " L'AMP a décidé de retirer sa confiance aux membres qu'il a soutenu au bureau du Parlement. Par conséquent, M. Vital Kamerhe doit démissionner de son poste du président du bureau ". a déclaré Me Mbuyu du PPRD, le parti présidentiel à la radio Okapi.

A la question relative aux faits reprochés à Vital Kamerhe, Me Mbuyu affirme ne rien savoir. " Je ne sais pas exactement ce que l'AMP reproche à M. Kamerhe, Mais toutefois il doit démissionner " a-t-il affirmé sur un ton hésitant. Cependant, selon les membres de l'opposition contactés par L'Observateur, les membres de l'AMP mènent une campagne de diabolisation contre Kamerhe du fait qu'ils estiment qu'il n'est pus loyal vis-à-vis du chef de l'Etat Joseph Kabila. Deuxièmement, affirment-ils, il est reproché à Vital Kamerhe de faire de la tribune de l'Assemblée nationale une tribune de l'opposition. " On reproche à Kamerhe d'être trop proche de l'opposition ce qui n'est pas vrai. L'opposition peut dès lors comprendre que l'AMP fait de la pensée inique son cheval de bataille " a déclaré Thomas Luhaka du Mouvement de libération du Congo.

A la lumière de ces faits, force est de constater que la démission en bloc du bureau de l'Assemblée nationale va provoquer une crise institutionnelle qui risque de faire vaciller la fragile démocratie de la RDC.

Cette crise révèle également le manque de maturité politique, l'absence du dialogue et l'intolérance au sein de l'Alliance pour la majorité présidentielle qui aujourd'hui est en train de voler en éclats par la faute de ces principaux animateurs.

De l'avis de plusieurs observateurs, la Présidence de la République et le président de l'Assemblée nationale doivent mettre de côté leurs divergences de vues. Car, il importe de souligner que démissionner pour Vital Kamerhe équivaudrait à renier son frère joseph Kabila et le peuple congolais. Bien plus, en cas de la démission de Vital Kamerhe, c'est l'autorité de la plénière qui doit prendre acte de cette décision. Par conséquent, on fera recours à la plénière qui doit encore être présidée par le même Vital Kamerhe et les membres de son bureau. En d'autres termes, on reviendrait à la case de départ.

Dans cette crise, personne n'a intérêt à oublier d'où l'on vient. Il ne faut pas que cette crise fasse le lit des adversaires de Kabila père et fils. Parce que cela équivaudrait à fragiliser tout ce qui a été fait depuis la fin du mobutisme. L'entourage du chef de l'Etat et Vital Kamerhe lui-même doivent veuillez à ce que rien ne soit fait qui soit de nature à redonner le pouvoir à ceux qui avaient fui hier encore le pays. A Kamerhe de chercher à harmoniser correctement ses points de vue avec le président et à ce dernier de fermer résolument les oreilles aux cris de guerre contre Kamerhe que lancent nombre de ses collaborateurs. Pas toujours fidèles et toujours en quête de repositionnement politique.

Luc-Roger Mbala Bemba


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  6. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  14. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  15. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  16. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  17. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  20. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  23. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  24. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  25. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  26. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  27. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  28. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  29. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)
  30. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.