Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
AMP-Palu-Udemo : la crise !

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 3 mars 2009
Joseph Kabila et Nzanga Mobutu

Les craintes des observateurs se confirment progressivement. On ne parle plus le même langage au sein de l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP. Pomme de discorde : la démission du Bureau de l’Assemblée nationale. Si cette plate-forme éclatait, l’on assisterait à des décisions spectaculaires doublées de la recomposition du paysage politique. La crise au sein de la coalition, AMP-Palu-Udemo est quasiment inévitable.

Les dernières quarante huit heures ont été riches en événements politiques. Il y a eu d’abord le point de presse de l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP, confirmant sa « décision irrévocable » de procéder au remplacement du Bureau actuel de l’Assemblée nationale. Sur les 7 membres qui composent cette structure, 5 ont déjà déposé leur démission. Appel a été lancé au PPRD et à l’Udemo « de clarifier leur position ».

Réplique de l’Udemo : «Le secrétariat exécutif de l’AMP est invité à une concertation sur cette question dans l’intérêt de notre jeune démocratie qui doit bien fonctionner, et aussi pour qu’il puisse recueillir toutes les informations nécessaires pour éclairer le Bureau politique de l’Udemo », déclare Me Kahasha, secrétaire exécutif adjoint de ce parti. Mais lors d’une conférence de presse tenue samedi, l’Udemo déplore le fait qu’ elle a été informée par voie de presse alors que l’accord conclu entre partenaires de l’AMP vise « à promouvoir la réconciliation nationale et de sauvegarder la cohésion ainsi que l’unité nationales ». C’est dire que jusqu’à preuve du contraire, l’Udemo n’a pas encore donné ordre à son représentant, Dr Ngokoso, rapporteur adjoint du Bureau de l’Assemblée nationale, de déposer sa démission.

Quant au PPRD, les milieux autorisés de ce parti affirment que cette formation politique est «  solidaire » avec le secrétariat exécutif de l’ AMP. Son représentant, Vital Kamerhe, président de l’ Assemblée nationale, doit démissionner. Il y a de cela une semaine, l’AMP lui avait déjà retiré «  sa confiance ». Le Bureau politique du PPRD se réunit d’ailleurs dans quelques heures pour clarifier sa position.

AMP : cohésion menacée 

Il n y a plus de doute. La cohésion au sein de la plate forme AMP est désormais sérieusement menacée. Certes, il n’est pas exclu qu’un compromis puisse intervenir. Tout est possible en politique. Mais est-il que la méfiance a déjà élu domicile et que plus rien ne sera comme avant.

La réticence de l’Udemo a jeté en quelque sorte le pavé dans la marre et inoculé justement le venin de la division. Cette situation, comme on l’avait déjà effleuré, aura des répercussions sur les autres institutions de la République. Notamment, le gouvernement avec toutes les conséquences que cela comporte.

En effet, au niveau de l’Assemblée nationale, l’Udemo a appelé ses élus à une consultation pour mieux apprécier la situation avec la démission du Bureau de l’Assemblée nationale tant souhaitée et fortement réclamée par l’AMP. Que va-t-il se passer ? La réponse sera connue dans 12 jours avec la rentrée parlementaire pour la session ordinaire du mois de mars.

Paysage politique

A quel scénario devra-t-on s’attendre à partir du 15 mars ? Le premier cas de figure, c’est que le président de l’Assemblée nationale, pour son honneur personnel après avoir été « humilié » politiquement devra démissionner le jour de la rentrée parlementaire pour que la plénière en prenne acte.

Et s’il le faisait avant, il reviendra au président de la République de convoquer la session parlementaire du mois de mars qui procédera à l’élection du nouveau bureau.

Le deuxième scénario découlera de l’éclatement de l’AMP si jamais l’Udemo n’adhère pas au souhait ardent du secrétariat exécutif de l’AMP pour n’avoir pas respecté les termes de l’accord signé entre l’AMP, le Palu et l’Udemo. Face à cette éventualité, il faudra s’attendre à des initiatives susceptibles d’isoler l’Udemo et voir l’AMP s’employer à conclure de nouvelles alliances. Pas étonnant que certains groupes parlementaires, membres de l’Opposition soient sollicités dans le but de venir renforcer la majorité présidentielle. A ce moment, l’on assistera à une recomposition du paysage politique qui aura des effets d’entraînement sur le choix du futur « Chef de l’Opposition ».

Enfin, le dernier scénario portera sûrement sur l’attitude des députés, surtout ceux de la majorité. Vont-ils s’incliner devant la décision de l’AMP ? Qu’en pensent les députés indépendants ? Le président de la république va-t-il dissoudre l’Assemblée nationale ?...

Jamais l’Assemblée nationale n’a subi autant de pressions depuis qu’elle a été installée. Il ne serait pas surprenant que l’on s’attende à de profonds bouleversements et si jamais ceux qui ont initié cette démarche ne la maîtrisent pas.

Les craintes des observateurs se confirment progressivement. On ne parle plus le même langage au sein de l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP. Pomme de discorde : la démission du Bureau de l’Assemblée nationale. Si cette plate-forme éclatait, l’on assisterait à des décisions spectaculaires doublées de la recomposition du paysage politique. La crise au sein de la coalition, AMP-Palu-Udemo est quasiment inévitable.

Les dernières quarante huit heures ont été riches en événements politiques. Il y a eu d’abord le point de presse de l’Alliance de la majorité présidentielle, AMP, confirmant sa « décision irrévocable » de procéder au remplacement du Bureau actuel de l’Assemblée nationale. Sur les 7 membres qui composent cette structure, 5 ont déjà déposé leur démission. Appel a été lancé au PPRD et à l’Udemo « de clarifier leur position ».

Réplique de l’Udemo : «Le secrétariat exécutif de l’AMP est invité à une concertation sur cette question dans l’intérêt de notre jeune démocratie qui doit bien fonctionner, et aussi pour qu’il puisse recueillir toutes les informations nécessaires pour éclairer le Bureau politique de l’Udemo », déclare Me Kahasha, secrétaire exécutif adjoint de ce parti. Mais lors d’une conférence de presse tenue samedi, l’Udemo déplore le fait qu’ elle a été informée par voie de presse alors que l’accord conclu entre partenaires de l’AMP vise « à promouvoir la réconciliation nationale et de sauvegarder la cohésion ainsi que l’unité nationales ». C’est dire que jusqu’à preuve du contraire, l’Udemo n’a pas encore donné ordre à son représentant, Dr Ngokoso, rapporteur adjoint du Bureau de l’Assemblée nationale, de déposer sa démission.

Quant au PPRD, les milieux autorisés de ce parti affirment que cette formation politique est «  solidaire » avec le secrétariat exécutif de l’ AMP. Son représentant, Vital Kamerhe, président de l’ Assemblée nationale, doit démissionner. Il y a de cela une semaine, l’AMP lui avait déjà retiré «  sa confiance ». Le Bureau politique du PPRD se réunit d’ailleurs dans quelques heures pour clarifier sa position.

AMP : cohésion menacée 

Il n y a plus de doute. La cohésion au sein de la plate forme AMP est désormais sérieusement menacée. Certes, il n’est pas exclu qu’un compromis puisse intervenir. Tout est possible en politique. Mais est-il que la méfiance a déjà élu domicile et que plus rien ne sera comme avant.

La réticence de l’Udemo a jeté en quelque sorte le pavé dans la marre et inoculé justement le venin de la division. Cette situation, comme on l’avait déjà effleuré, aura des répercussions sur les autres institutions de la République. Notamment, le gouvernement avec toutes les conséquences que cela comporte.

En effet, au niveau de l’Assemblée nationale, l’Udemo a appelé ses élus à une consultation pour mieux apprécier la situation avec la démission du Bureau de l’Assemblée nationale tant souhaitée et fortement réclamée par l’AMP. Que va-t-il se passer ? La réponse sera connue dans 12 jours avec la rentrée parlementaire pour la session ordinaire du mois de mars.

Paysage politique

A quel scénario devra-t-on s’attendre à partir du 15 mars ? Le premier cas de figure, c’est que le président de l’Assemblée nationale, pour son honneur personnel après avoir été « humilié » politiquement devra démissionner le jour de la rentrée parlementaire pour que la plénière en prenne acte.

Et s’il le faisait avant, il reviendra au président de la République de convoquer la session parlementaire du mois de mars qui procédera à l’élection du nouveau bureau.

Le deuxième scénario découlera de l’éclatement de l’AMP si jamais l’Udemo n’adhère pas au souhait ardent du secrétariat exécutif de l’AMP pour n’avoir pas respecté les termes de l’accord signé entre l’AMP, le Palu et l’Udemo. Face à cette éventualité, il faudra s’attendre à des initiatives susceptibles d’isoler l’Udemo et voir l’AMP s’employer à conclure de nouvelles alliances. Pas étonnant que certains groupes parlementaires, membres de l’Opposition soient sollicités dans le but de venir renforcer la majorité présidentielle. A ce moment, l’on assistera à une recomposition du paysage politique qui aura des effets d’entraînement sur le choix du futur « Chef de l’Opposition ».

Enfin, le dernier scénario portera sûrement sur l’attitude des députés, surtout ceux de la majorité. Vont-ils s’incliner devant la décision de l’AMP ? Qu’en pensent les députés indépendants ? Le président de la république va-t-il dissoudre l’Assemblée nationale ?...

Jamais l’Assemblée nationale n’a subi autant de pressions depuis qu’elle a été installée. Il ne serait pas surprenant que l’on s’attende à de profonds bouleversements et si jamais ceux qui ont initié cette démarche ne la maîtrisent pas.


Autres articles


  1. UDPS et UNC unissent leurs forces pour les élections (20 novembre 2018)
  2. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  3. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  4. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  5. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  6. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  7. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  8. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  9. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  10. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  11. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  13. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  14. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  15. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  16. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  17. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  18. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  19. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  20. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  21. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  22. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  23. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  24. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  25. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  26. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  27. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  28. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  29. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  30. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.