Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
AMP : le sort de l'Udemo, de Kamerhe et autres confié à la commission des sages

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 23 avril 2009
Joseph Kabila, Zanga Mobutu et Antoine Gizenga

L’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) a fixé l’opinion sur l’accusation de corruption dont ses députés nationaux, électeurs pour le renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale, sont l’objet. Elle a également invoqué le sort, notamment, de l’Union des démocrates mobutistes (Udemo) et de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe. C’était au cours d’un point de presse hier mercredi au siège de l’AMP.

L’opinion connaîtra, dans les tout prochains jours, le sort réservé à l’Union des démocrates mobutistes (Udemo), de l’ancien président de l’Assemblée nationale, Vital Kamerhe, et autres membres de la coalition Alliance de la majorité présidentielle (AMP)-Parti lumumbiste unifié (Palu) qui n’ont pas respecter le mot d’ordre lors des élections pour le renouvellement du Bureau de l’Assemblée nationale. C’est ce qui ressort du point de presse tenu, hier mercredi 22 avril au siège de la famille politique du chef de l’Etat, Joseph Kabila, commune de la Gombe, par le secrétaire exécutif adjoint de l’AMP, Louis-Léonce Koyagialo. Point de point auquel ont pris part le ministre de la Communication et des Médias ainsi que son collègue du Plan et les députés nationaux Kin Kiey Mulumba, Nkulu Mwenze, Tshibangu Kalala et Jean Mbuyu. Me Nkulu Kilombe était aussi de la partie.

De prime abord, le secrétaire exécutif adjoint de l’AMP a indiqué que l’opposition semble se complaire dans la loi du moindre effort en portant des accusations gratuites de corruption à l’endroit de la famille politique du chef de l’Etat. A ce sujet, il a fait allusion «aux allégations de François Muamba», secrétaire général du Mouvement de libération du Congo (MLC) et candidat malheureux à l’élection du président du Bureau de l’Assemblée nationale. Pour rappel, ce dernier a laissé entendre à la presse qu’il a «des indices concordants» d’un achat de conscience des députés de la majorité présidentielle avant d’ajouter qu’il ne détient pas de preuves de cette allégation. «Si cela est vérifié, le MLC et ses alliés vont exiger la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire afin d’éclairer l’opinion sur cette situation».

Effectivement, François Muamba n’a pas de preuve de cette allégation, a fait valoir Koyagialo avant de conseiller le candidat malheureux «de revoir ses sources d’information et de faire preuve de fair-play pour ne pas paraître ridicule». C’est dire que la corruption n’existe que dans la tête des détracteurs de l’AMP. Ceux-ci ne cherchent qu’à salir les détracteurs de la coalition qui n’ont fait que leur devoir de voter pour la majorité, a-t-il renchéri. «On ne comprend pas pour quelle raison le vote d’un député par son parti, sa coalition devienne un une preuve de dévoiement dans laquelle on a voulu entraîner l’Assemblée nationale», a-t-il ajouté. Et de faire tout de même remarquer qu’au cas où la corruption se serait avérée, ceux qui seraient compromis seraient sanctionnés. Chaque instance concernée prendrait des dispositions qui s’imposent.

Louis-Léonce Koyagialo a déploré l’attitude des Congolais, en général, et des députés de l’opposition, en particulier, qui voient la corruption partout. C’est devenu un syndrome, a-t-il noté. Il s’est demandé si les deux rencontres Joseph Kabila-députés de la coalition AMP-Palu constituent une preuve de corruption. D’ailleurs, a-t-il fait savoir, désormais, il en sera ainsi chaque fois que l’autorité morale de l’AMP disposera de son temps pour féliciter et requinquer sa famille politique. Si cela se fait sous d’autres cieux, pourquoi il n’en serait-il pas de même en RDC, a-t-il relevé.

S’agissant de Kamerhe, le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende, a fait observer qu’outre l’insubordination et autres manquements dont il a fait montre, il a usé de la tricherie en créant un courant de réflexion au sein de l’Assemblée nationale. Ce qui signifie, notent les observateurs, que l’ancien président de l’organe délibérant s’exclue lui-même du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Par conséquent, de l’AMP.

Comme repris in supra, l’Udemo et les députés récalcitrants qui n’ont pas suivi les consignes verront leurs cas statués par une commission des sages.

A noter que tous les autres intervenants ont abondé dans le même sens, félicitant les députés de la coalition pour avoir éconduit la tricherie et respecté le mot d’ordre. Sans oublier de plaider non coupables pour les allégations de corruption portées à l’endroit de la majorité au sein de l’Assemblée nationale.


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  6. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  14. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  15. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  16. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  17. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  20. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  23. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  24. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  25. Louis Koyagialo est décédé en Afrique du Sud (14 décembre 2014)
  26. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  27. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  28. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  29. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  30. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.