Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Clément Kanku : ce qui se passe à Brazzaville est un crime contre l'humanité

Radio Okapi | Publié le 28 avril 2014
Des familles refoulées de Brazzaville cherchant à rejoindre leurs proches le 24/04/2014 à l'entrée principale de l'ex- port Onatra à Kinshasa
Des familles refoulées de Brazzaville cherchant à rejoindre leurs proches le 24/04/2014 à l'entrée principale de l'ex- port Onatra à Kinshasa | Agrandir
Les expulsions des Congolais de la RDC vivant à Brazzaville, débutées depuis deux semaines, se poursuivent. Au cours d’un point de presse lundi 28 avril, le député national Clément Kanku a demandé au Gouvernement de saisir les instances juridictionnelles internationales pour dénoncer ce qui est « un crime contre l’humanité », compte tenue des abus dont sont victimes les expulsés.

Le président du Mouvement pour le renouveau demande au gouvernement de prendre des mesures conséquentes, de rappeller son ambassadeur en place à Brazzaville et de rompre les relations diplomatiques avec ce pays voisin. Des relations qui, selon lui, n’apportent rien à la République démocratique du Congo.

L’élu de Dibaya (Kasaï Occidental) a aussi invité les ONG congolaises de droits de l’homme ainsi que le gouvernement de traduire les autorités congolaises (Brazzaville) devant les instances juridictionnelles internationales.

« Nous estimons qu’il faut que le Gouvernement saisisse les instances internationales car ce qui se passe là-bas, c’est ce qu’on appelle crime contre l’humanité. Ca s’apparente à un génocide car c’est une communauté qui est visée du fait de son identité. Nous avons des images où le général Ndengue (chef de la police congolaise) annonçait il y a quelques mois qu’ il fallait absolument commencer à tuer les Zaïrois. Nous considérons que le général Ndengue est l’auteur intellectuel de tous les crimes contre l’humanité qui se passent (là-bas)», a déclaré Clément Kanku.

Les maires de Brazzaville et de Kinshasa en réunion

Les maires des deux capitales les plus proches du monde se sont réunis lundi 28 avril afin de s’entretenir sur cette vague d’expulsions. Le gouverneur de Kinshasa, André Kimbuta, a affirmé que son homologue Hugues Ngwelondele et lui ont émis des recommandations qu’ils présenteront à leurs gouvernements respectifs. Leur souci est que cette opération cesse au plus vite, a-t-il souligné.

« Il y a trois ans la même opération s’était déroulée. Nous avions obtenu de nos gouvernements respectifs de nous accorder l’autorisation de résoudre la situation à notre niveau et l’hémorragie a été arrêtée. Il y a une convention tripartite entre les deux Congo et l’Angola prévoyant que les pays ont le droit d’expulser ceux qui trouble l’ordre public et qui ne sont pas en règle, mais ca doit se faire après avoir informé préalablement le gouvernement (concerné) et dans le respect des personnes », a expliqué André Kimbuta.

Le maire de Brazzaville a présenté des excuses aux Kinois face aux dérapages des policiers de son pays engagés dans l’opération d’expulsion dénommée « Mbata ya mokolo » ( en français gifle de laîné). Une opération pendant laquelle près de 40 000 Congolais de la RDC ont été expulsés.

Conditions de vie difficiles des expulsés

A Kinshasa, dix mille expulsés sont regroupés au stade Cardinal Malula et à l’esplanade de la commune de Kinshasa depuis samedi 26 avril, selon la Direction générale de migration (DGM). Les conditions d’hébergement sont difficiles dans ces sites.

En attendant de se faire enregistrer, les expulsés demeurent sous un soleil de plomb. Les enfants sont étouffés, se plaignent certaines femmes. De plus, la plupart d’entre eux passent la nuit à la belle étoile, exposés aux pluies qui s’abattent régulièrement sur la capitale, alors que d’autres s’abritent sous des tentes érigées par la Croix-Rouge et le gouvernement provincial.

Reconnaissants pour l’accueil et le transport qui leur est pourvu en vue de rejoindre leurs familles, les expulsés ont demandé au chef de l’Etat d’en faire plus.

Ces expulsés se font identifier auprès des services de la DGM. Ils reçoivent un jeton pour leur identification avant de rejoindre leurs familles respectives.

L’opération d’expulsion continue. Neuf bus ont ramené plusieurs dizaines de refoulés du port de la Société congolaise des ports et transports (SCPT), ex-l’Onatra, lundi dans la journée.



TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2023 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.