Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Préalablement prévue pour ce lundi : Goma : la clôture intervient demain mardi

Article précédant | Suivant
L'Avenir - 21 janvier 2008

Les discussions se poursuivaient encore hier dimanche 20 janvier entre le comité des Sages et les délégués des groupes armés, sans que l'on sache si les hommes de Nkunda ont abandonné la demande d'amnistie en faveur de leur leader, ou encore si la Conférence a adhéré à cette demande dans un souci de mettre fin aux discussions dans ce sens.

Les discussions se poursuivaient encore hier dimanche 20 janvier entre le comité des Sages et les délégués des groupes armés, sans que l'on sache si les hommes de Nkunda ont abandonné la demande d'amnistie en faveur de leur leader, ou encore si la Conférence a adhéré à cette demande dans un souci de mettre fin aux discussions dans ce sens.

Toutefois, la rédaction des propositions et des résolutions aura lieu ce lundi 21 janvier, et la cérémonie de clôture interviendra demain mardi 22. Selon les prévi­sions, c’est aujourd’hui que devrait se clôturer la conférence pour la paix et le dévelop­pement des provinces du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Cette décision avait été prise lors de la dernière pro­longation.

Va-t-on vers une autre prolongation ? Beau­coup d’observateurs étaient prêts à y croire. Mais, les conférenciers se sont décidés à des séances mara­thons pour vider les ques­tions inscrites à l’ordre du jour des ateliers. En atten­dant, la question qui était sur toutes les lèvres à trouvé de solution. Les lam­pions vont effectivement s’éteindre le mardi à la con­férence de Goma.

Jusque-là, personne ne se hasarde de dire si oui ou non cette dernière date est la meilleure. Difficile de pré­dire. Car, apprend-on de bonne source, les discus­sions se poursuivraient tou­jours encore dimanche tard dans la soirée. Elles se déroulent entre le comité de sages et les délégués des groupes armés.

Et pourtant, selon le calendrier initial, la plénière de mise en commun était prévue dimanche. Elle n’a pas eu lieu. Déjà dans les avant-midi de dimanche, il avait été annoncé son report et celui de la date de clôture. La nouvelle feuille de route annonce cette importante plénière de mise en com­mun aujourd’hui lundi dans les avants midi et la clôture demain. Le souhait des organisateurs était que cette plénière se tienne effectivement avant-midi afin que dans l’après-midi, on puisse lire les propositions et procéder à la cérémonie de clô­ture des travaux. Mais, il a été décidé cette petite prolongation de 24 heures.

On doute cependant, compte tenu des revendica­tions des groupes armés, dont le mouvement de Nkundabatware, que l’on puisse respecter cette feuille de route. Quel est le vrai problème qui pourrait se poser dans les ateliers et sur quoi portent les dis­cussions ? D’après Delion Kimbulungu, responsable de la cellule communication de la conférence, il est question d’harmoniser avec tout le monde, avant la signature de l’acte d’engage­ment à la fin des travaux par tous les acteurs impli­qués dans le rétablisse­ment de la paix au Nord-Kivu et au Sud-Kivu.

Si on s’en tient à la proposition de Vital Kamerhe, les groupes ar­més doivent s’engager à cesser les combats, à re­joindre le processus de brassage sans conditions. On sait que le groupe de Nkundabatware, sans faire objection à cette proposi­tion, a demandé que l’on trouve une solution sur le sort de son leader. Ce der­nier exige le retrait du mandat d’arrêt qui le frappe, lui et certains de ses collabo­rateurs. Les nkundistes vont-ils abandonner cette revendication ou c’est la conférence, à travers le co­mité des sages qui va y ad­hérer ?

On pense que c’est la grande préoccupation maintenant. On pense éga­lement que c’est celle qui a été au menu de l’entretien à l’hôtel Karibu de Goma dimanche entre le pré­sident du comité des sa­ges, Vital Kamhere et celui du bureau de la confé­rence, l’Abbé Malu-Malu. Ces deux ont de nouveau eu des échanges avec les délégués du Cndp de Nkundabatware.

Pour René Abandi, porte-parole du mouvement politico-militaire de Laurent Nkundabatware, seuls les résultats comptent dans ce genre de négociations. Qu’est-ce que les délégués du Cndp entendent par les résultats ? Si pour eux, les résultats c’est l’amnistie pour Nkundabatware et les siens, pour les autres, le ré­sultat c’est le cessez-le- feu et l’engagement pour le brassage et cela sans con­ditions. On ne sera pas loin d’un langage des sourds.

Pendant que l’on s’oc­cupe de mettre fin à la guerre et que les combats avaient repris la semaine dernière, les déplacés eux, surtout ceux de Buhamba, à 15 km de Goma, sont pressés de regagner leurs villages. Ils ont manifesté leur désir dans un mémorandum remis dimanche au ministre belge à la Coopération.

Charles Michel. Ce dernier avait visité ce camp dans le but de se rendre compte des conditions de vie de ces nombreuses fa­milles venues de Masisi. A cette occasion, Ami Muhima, chef du camp de Buhamba, a appelé le gou­vernement belge à s’inves­tir davantage pour que les déplacés rentrent rapide­ment dans leur territoire. Il a dénoncé la sous -alimen­tation dont souffrent les déplacés.

Appelé à se prononcer sur les revendications des déplacés, le field assistance HCR/GOMA estime que la situation que dénoncent les déplacés est une question de standard de distribution des vivres par le Programme alimentaire mon­dial (Pam). Gaspard Sumaili est convaincu que la meilleure façon pour ré­soudre le problème de la nourriture pour les dépla­cés, c’est de faire en sorte qu’ils rentrent dans leurs milieux d’origine. Comment le peuvent-ils en toute sé­curité lorsqu’on sait que de façon imprévisible, comme c’était le cas dernièrement, les combats peuvent re­prendre ?

Le ministre belge à la Coopération a réaffirmé la volonté de son pays, la Bel­gique, de mobiliser beaucoup plus de moyens pour les actions humanitaires. C’est le message de l’homme d’Etat belge fait aux déplacés diman­che à l’issue de sa rencon­tre avec le chef de l’Etat, Jo­seph Kabila à Goma.

Le ministre belge, Charles Michel, a indiqué que le gouvernement belge encourage les initiati­ves de dialogue entre Con­golais pour la consolidation de la paix dans le Kivu. En outre, a poursuivi l’homme d’Etat belge, son pays sou­tiendra les recommanda­tions qui sortiront de cette conférence. On suppose que le ministre belge qui a quitté Goma pour Kigali au Rwanda fera entendre raison à Paul Kagame qui sou­tient Nkundabatware. Car, comme il a été démontré, la paix en Rdc passe par la sincérité des dirigeants des pays des Grands Lacs africains.

(Yes)

Jdg/L’Avenir


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  6. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  14. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  15. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  16. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  17. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  18. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  19. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  20. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  21. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  22. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  23. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  24. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  25. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  26. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  27. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  28. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  29. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)
  30. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.