Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Candidat à la présidence du Bureau de l'Assemblée nationale - Gilbert Kiakwama Kia Kiziki

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 15 avril 2009
Gilbert Kiakwama kia Kiziki

«Nous devons définir les contours du Parlement de la RDC pour les cinquante ans, les cent ans à venir. Nous devons agir, dès aujourd’hui, et mettre en place, non seulement les règles et les organes correspondants au Parlement que nous désirons, mais aussi, surtout les pratiques quotidiennes et le lexique qui garantissent qu’au-delà des règles, nous serons animés par un état d’esprit, une éthique, à même de pérenniser ce troisième pilier de tout gouvernement démocratique des hommes qu’est le Parlement. Voilà les raisons fondamentales qui me poussent à être candidat à la présidence de l’Assemblée nationale ». C’est en ces termes que le député Gilbert Kiakwama kia Kiziki a ouvert sa campagne électorale. Auparavant, il a tenu à dresser le tableau de deux ans et demi de travail accompli avec le bureau sortant qu’il qualifie d’avoir été à la hauteur de sa tâche. Ensuite, il revient sur les dangers qui menacent cet édifice, les risques que le pays encourt avec une gestion irrationnelle avant d’inviter tout le monde à être «ensemble pour bâtir l’avenir». Un discours rassembleur et prévoyant.

Gilbert KIAKWAMA KIA KIZIKI

Né le 16 novembre 1938 à Kinkuzu (Bas-Congo). Marié à Georgine MANSIANGA Nsenga et père de 5 enfants.

Cursus académique 1948 -1953: Primaires à l’Ecole Sainte-Marie puis à Saint Joseph à Kinshasa. 1958 : Ecole Moyenne Saint-Raphaël (ECOMORAPH) - Grande Distinction. 1959 -1960: Comptable au journal «La Croix du Congo» et à la Cobega. 1960 - 1963 : Bénéficiaire d’une bourse d’études, à 22 ans, je choisis de faire des études secondaires (Commerciales-Collège Saint Henri, Comines Belgique), plutôt que de m’inscrire sans transition dans l’Enseignement Supérieur, comme la possibilité en était offerte aux Congolais. 1963 - 1967 : Licencié en Sciences commerciales et financières à la FUCAM (Mons) - Grande Distinction. 1967: Doctorant à Lovanium à l’IRES, j’ai gardé ma charge de professeur assistant jusqu’en 1974, mais j’ai décidé de ne pas défendre ma thèse; les conditions d’étude s’étaient trop fortement détériorées pour fournir un travail de qualité.

Cursus professionnel 1967 - 1969 : Engagé à la Direction Générale de la BBA pour en devenir le premier Directeur Général congolais. 1969 - 1972 : Directeur d’Exploitation de la SOFIDE (Société Financière de Développement), organisme Banque Mondiale. 1972 -1975 : Directeur Général de l’OPEC (Office de Promotion des Petites et moyennes Entreprises Congolaises). 1975 -1977 : Délégué Général de l’IGP (Institut de Gestion du Portefeuille), chargé de gérer l’ensemble du portefeuille de l’Etat. 1977 - 1980 : successivement, Ministre du Portefeuille (négociation de diverses conventions réglant les relations entre l’Etat congolais et ses partenaires multinationaux; Secteur pétrolier, Sibeca-Miba, ... Loi 078/002 portant gestion du portefeuille de l’Etat, loi qui régit toujours la matière), Ministre des Finances «Le Zaïre est à genoux ») puis, Ministre de l’Economie, Industrie et Commerce Extérieur (Lome II : Sysmin). 1982 - 1983 : Président Directeur Général de la Sonas (chargé de son redressement, j’ai assaini son bilan par le rééquilibrage de sa relation avec ses courtiers). 1983 - 1985 : Ministre des Finances, Budget et Portefeuille (plan de réforme de la Sozacom, Programme d’ajustement structurel, ... ). 1985 - 1988 : Président Délégué Général de la Gécamines nouvellement créée en remplacement de la Sozacom. 1988 - 1994 : Activités agricoles et commerciales privées, notamment avec la CAP sprl créée au tournant des années 70, principalement dans la ferme de KITOBOLA. Principales activités: élevage extensif de bovins, aviculture intensive, pisciculture, exploitation semi-industrielle d’huile de palme et de palmiste, cultures maraîchères et vivrières. Modernisation de cette ferme, créée à l’époque coloniale: électrification du site, construction d’un nouveau dispensaire (maternité, chirurgie, labos. Capacité 50 lits), ... Seul le dispensaire survivra aux pillages de 1993 et 1997 et à mon exil. 1994-1996 : Ministre PDSC du Plan puis des Finances. Mai 1997- avril 2002 : Exil à Bruxelles. Membre de la Commission Justice & Paix.

ACTION SOCIALE, CARITATIVE ET CULTURELLE

Promoteur de plusieurs projets industriels, agricoles et commerciaux, principalement au Bas-Congo et à Kinshasa.

Crée MIKA, association culturelle de défense et de promotion des valeurs culturelles et de la langue Kongo.

Cofondateur de l’Université Kongo en 1990, à ce titre je contribue à la pérennité de cette institution en mettant à sa disposition des bâtiments.

ACTION POLITIQUE - DEMOCRATE-CHRETIEN DE TOUJOURS, LE 24 AVRIL 1990 M’A ENFIN AUTORISE A L’AFFIRMER PUBLIQUEMENT 1991-1999: membre du PDSC (Parti Démocrate et Social-Chrétien), section Mbanza-Ngungu. 1999: Cofondateur du PCR (Parti Chrétien Républicain). 2005: cofondateur de la CDC (Convention des Démocrates-Chrétiens). Aujourd’hui : Député national CDC, Président du GPCD (Groupe Parlementaire des Chrétiens Démocrates).

CE QUE NOUS AVONS CONSTRUIT

Il y a deux ans et demi, nous procédions à l’élection du bureau de l’Assemblée Nationale de la première législature de la Troisième République. Beaucoup dans l’hémicycle, dont moi-même malgré quelques craintes, formaient le vœu alors que ce Bureau soit à la hauteur des espoirs de renouveau démocratique du peuple congolais.

Je dois à la Vérité et à la Justice de dire que s’il est toujours possible de faire mieux là ou les hommes sont à l’œuvre, le Bureau animé par l’honorable Vital Kamerhe s’est montré à la hauteur de ce que chaque démocrate, chaque républicain dans notre pays était en droit d’attendre. Sans renier son appartenance, ce bureau a fait de notre hémicycle le forum privilégié de l’expression de tous les Congolais, quelle que soit leur sensibilité politique.

Aujourd’hui, l’édifice que nous avons tous contribué à bâtir est en danger. Il est de la responsabilité de chacun d’entre nous, Elus de la Nation congolaise, de se lever et de faire entendre sa voix, afin de maintenir l’efficacité, le prestige et la crédibilité de l’Assemblée Nationale.

LES PRINCIPES QUI FONDENT CET EDIFICE

A plusieurs reprises, je suis revenu sur les comportements et attitudes dont la persistance ronge, tel un cancer, la santé démocratique de notre pays. Ces maux; pensée unique, arrogance, intransigeance, prétention au monopole de la Vérité, violence verbale et physique, incapacité d’écouter les autres et leurs avis, ... chacun d’entre nous les connait et chacun les a dénoncé en son temps.

Depuis, au gré des péripéties qui ont émaillé la courte vie de notre Troisième République, je n’ai cessé de revenir dans mes interventions, à la tribune de l’Assemblée nationale et ailleurs, sur les principes qui fondent la démocratie et que nous ne devons jamais cesser de promouvoir: l’adhésion, la participation et la confiance; la concertation et le dialogue permanents; la compétence dans la gestion et l’obligation de rendre compte; la non-violence, la tolérance et la transparence; la lutte contre la corruption, la lutte contre l’injustice bref la lutte contre l’impunité, brefle combat contre les anti-valeurs.

A plusieurs reprises aussi l’on m’a entendu dire que nous, responsables politiques congolais, ne pouvons pas toujours louvoyer. «L’heure des comptes viendra et on demandera alors à chacun de nous, où étais-tu, qu’as-tu fait?» Un peu comme le «Qu’as-tu fait de ton frère?» du Livre.

CE QUE NOUS RISQUONS

Je crains que du fait de la gestion irrationnelle d’un petit nombre, caractérisée par l’absence de vision stratégique et de sens tactique, les sautes d’humeur, le manque de sang-froid enfm, notre institution, l’Assemblée Nationale, et notre jeune République ne soient vouées à l’abaissement.

En somme, cette dérive, pleine d’improvisation, impulsive, est un trait consubstantiel de ce que l’on nomme l’Etat patrimonial. Nous avons connu cela dans ce pays et, tous ensemble, nous avions dit «plus jamais ça».

Plus jamais ça. Tel doit être l’objectif. Notre devoir d’élus dans une démocratie en construction. Nous ne pouvons pas rester passifs, manquer de lucidité, de courage et d’ambition pour notre institution et notre pays.

QUEL PARLEMENT POUR DEMAIN?

Depuis ce mercredi matin, date d’ouverture officielle de la campagne, je fais distribuer à tous les Honorables Députés, mes collègues, un carnet de campagne dans lequel j’indique plus longuement mes propositions pour l’organisation, le fonctionnement et l’efficacité de notre Parlement. Ils sont mes pairs, mes électeurs, il est normal qu’ils en aient la primeur. Ces propositions que je soumets à l’approbation de mes pairs visent à définir le socle commun sur lequel bâtir notre État démocratique et sont organisées autour du tryptique Action - Idéal- Réalité.

La politique, c’est une Action, pour un Idéal, à travers les Réalités. Ceci veut dire que nous devons tenir compte du contexte historique particulier dans lequel nous évoluons et des contraintes - fmancières, techniques, ... - qui réduisent le champ du possible. Ensuite, nous devons définir les contours du Parlement de la RDC pour les cinquante ans, les cent ans à venir. Enfin, nous devons agir, dès aujourd’hui, et mettre en place, non seulement les règles et les organes correspondants au Parlement que nous désirons, mais aussi, surtout, les pratiques quotidiennes et le lexique qui garantissent qu’au-delà des règles, nous serons animés par un état d’esprit, une éthique, à même de pérenniser ce troisième pilier de tout gouvernement démocratique des hommes qu’est le Parlement.

Voilà les raisons fondamentales qui me poussent à être candidat à la Présidence de l’Assemblée Nationale. Voilà les raisons pour lesquelles je demande à mes collègues députés de m’accorder leur confiance et de voter pour moi.

GILBERT KIAKWAMA KIA KIZIKI - DÉPUTÉ NATIONAL


Autres articles


  1. UDPS et UNC unissent leurs forces pour les élections (20 novembre 2018)
  2. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  3. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  4. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  5. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  6. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  7. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  8. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  9. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  10. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  11. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  13. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  14. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  15. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  16. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  17. Vital Kamerhe condamne la dispersion de la marche des opposants (26 mai 2016)
  18. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)
  19. Kamerhe accuse Kabila de préparer un «coup d'État constitutionnel» (30 novembre 2015)
  20. Vital Kamerhe affirme mener le même combat que Moïse Katumbi (10 novembre 2015)
  21. La Dynamique de l'opposition veut faire échec «au glissement du mandat présidentiel» (4 novembre 2015)
  22. Vital Kamerhe appelle Joseph Kabila à se prononcer sur la fin de son mandat présidentiel (2 octobre 2015)
  23. Bukavu: marche de soutien à Vital Kamerhe (3 février 2015)
  24. La Cour suprême de justice se saisit du dossier Vital Kamerhe contre Wivine Moleka (28 janvier 2015)
  25. Loi électorale: l'Opposition lance l'opération d'identification des morts et blessés (28 janvier 2015)
  26. Recensement: un moyen pour prolonger le mandat de Kabila, selon Kamerhe (2 décembre 2014)
  27. Marche de l'opposition contre la révision de la constitution (27 septembre 2014)
  28. L'opposition hausse le ton : non à la monarchisation de la RDC (26 juin 2014)
  29. Vital Kamerhe exige «un calendrier qui donne toutes les étapes des élections jusqu'à 2016» (21 juin 2014)
  30. Elections : le recensement, « une astuce » pour jouer à la prolongation, estime Vital Kamerhe (31 mai 2014)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.