Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
François Muamba : « le pouvoir en place ne mérite plus la confiance du peuple »

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 10 décembre 2010
François Muamba

Les lampions se sont éteints sur les Journées parlementaires des députés et sénateurs du Mouvement de libération du Congo, débutées samedi 4 décembre pour se clôturer hier jeudi 9 décembre 2010. Cela, par la déclaration de cette formation politique qui relève que, faisant l’état des lieux de la nation, le 8 décembre 2010, devant le Parlement réuni en Congrès, le chef de l’Etat a avoué l’échec de son pouvoir durant les 4 ans de son mandat de 5 ans. Moralité : le peuple lui retire sa confiance.

« Le Mouvement de libération du Congo (MLC) constate que le chef de l’Etat a délibérément choisi la violation systématique de la Constitution comme une méthode de gouvernance. Ces violations intentionnelles de la Constitution sont constitutives d’infraction de haute trahison, conformément aux articles 164 et suivants ». Le secrétaire général du MLC, François Muamba, qui l’a fait remarquer, note que « dans le cadre d’un fonctionnement normal des institutions, de tels actes exposent le chef de l’Etat à des poursuites pénales devant la juridiction compétente ». C’est l’une des options contenues dans la déclaration de ce parti politique lue par François Muamba à l’issue des journées parlementaires organisées du 4 au 9 décembre 2010 à l’hôtel Sultani, dans la commune de Gombe.

Toujours sur le plan politique, le MLC, a poursuivi son secrétaire général, est déterminé à entrer « en compétition électorale prévue dans la Constitution en 2011 ». Pour cela, il va aligner des candidats sur l’ensemble du territoire national. Et cela à tous les échelons, y compris la présidence de la République, avec le sénateur Jean-Pierre Bemba, le candidat naturel du MLC. Qui, subit une épreuve qui n’est en rien une fatalité, a fait valoir François Muamba. Et de souligner : « Il s’agit d’une manœuvre politicienne orchestrée par les ennemis de la démocratie et du progrès en RDC ». Ajoutant qu’à l’allure où évolue le procès, la conviction du MLC est que le président national Jean-Pierre Bemba sera libéré et rentrera en RDC pour « confondre et ses bourreaux et tous ceux qui, au lieu de le soutenir, croient pouvoir récolter sur ses malheurs ». Le Secrétaire général du MLC s’inscrit également en faux contre « le projet du pouvoir de modifier dans la précipitation la Constitution et la loi électorale ».

CENI : REEXAMEN DES OPERATIONS BACLEES PAR LA CEI

Concernant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), « le MLC réaffirme sa confiance aux candidats membres du Bureau de la Ceni désignés par l’opposition et demande la mise en place immédiate de ce Bureau pour mettre fin à la poursuite abusive des activités de la Commission électorale indépendante (CEI) ». En outre, pour avoir désigner une dame parmi les représentants de l’opposition dans cette institution d’appui à la démocratie, le parti de Jean-Pierre Bemba demande à l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) de respecter également le Genre dans son choix.

Une fois le Bureau de la Ceni installé, ce parti d’opposition exige, par ailleurs, le réexamen de l’« ensemble des opérations d’identification des électeurs qui ont été bâclées par la CEI et qu’elle procède à l’audit du logiciel des opérations électorales ». Il « invite la communauté internationale à suspendre les décaissements de fonds destinés au financement du processus électoral, jusqu’à la mise en place effective de la Ceni ».

Au bout du compte, le MLC appelle toutes les autres forces du changement à se joindre à lui pour la mobilisation des Congolais en vue de réaliser en RDC « l’alternance démocratique qui est à portée de la main, dès 2011 ».


Autres articles


  1. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  2. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  3. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  4. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  5. Félix Tshisekedi plébiscité candidat président du Parti de l'union nationale (6 août 2018)
  6. Des coups de feu pour disperser les manifestants pro Katumbi à Lubumbashi (6 août 2018)
  7. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  8. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  9. Moïse Katumbi bloqué en Zambie (3 août 2018)
  10. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  11. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  12. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)
  13. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  14. Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique en RDC (12 février 2018)
  15. Les laïcs catholiques accusent la police d'usage disproportionné de la force (31 décembre 2017)
  16. La marche des laïcs catholiques dispersée à Kinshasa (31 décembre 2017)
  17. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  18. L'élection présidentielle fixée au 23 décembre 2018 (5 novembre 2017)
  19. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  20. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  21. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  22. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  23. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  24. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  25. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  26. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  27. Manifestation de l'opposition à Kinshasa : les sièges des partis politiques incendiés (20 septembre 2016)
  28. Situation très tendue à Kinshasa au deuxième jour des manifestations populaires (20 septembre 2016)
  29. Violences à Kinshasa: Evariste Boshab annonce un bilan provisoire de 17 morts (19 septembre 2016)
  30. L'Opposition républicaine de Kengo wa Dondo refuse le dialogue non inclusif (23 août 2016)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct

 

Faites Congo Planète votre page de démarrage | Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.