Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Révision constitutionnelle: le Sénat se prononce aujourd'hui

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 13 janvier 2011
Sénat de la République démocratique du Congo

Après l’Assemblée nationale, dont 334 députés ont voté mardi pour la révision de huit articles de la Constitution en l’absence de ceux de l’Opposition, ce sera le tour aujourd’hui jeudi du Sénat de se prononcer sur le « bien-fondé » de cette initiative.

Le Sénat, qui s’est réuni mercredi en séance plénière sous la présidence de Léon Kengo wa Dondo, a reporté à ce jeudi le vote de la proposition de loi déjà approuvée par l’Assemblée nationale mardi, portant révision de la Constitution.

Cette décision est intervenue après lecture par le rapporteur, Modeste Mutinga Mutuishayi, de différentes correspondances transmises au Bureau du Sénat par celui de l’Assemblée nationale, ainsi que le résultat du vote.

Ensuite, le président du Sénat a donné la parole à une vingtaine de sénateurs pour s’exprimer sur le bien-fondé de la révision de la Constitution. Mais, a constaté Kengo wa Dondo, personne n’a répondu à cette question.

Pourtant, des intervenants ont relevé notamment que le Sénat violerait la Constitution en obtempérant à l’ordre du président de l’Assemblée nationale qui n’est « pas habilité à demander au Sénat d’inscrire un point à l’ordre du jour du calendrier de la session extraordinaire ».

Certains ont soutenu que le délai de 48 heures, prévu par le Règlement intérieur du Sénat en rapport avec la distribution de textes et leur examen, n’a pas été respecté.

Si certains ont craint qu’« en inscrivant ce point à l’ordre du jour, le Sénat viole la Constitution », d’autres ont soutenu que cette révision constitutionnelle ne se fait pas dans le cas d’urgence conformément à la Constitution.

La transmission de cette proposition de loi au Gouvernement ayant également suscité le doute, des sénateurs ont souhaité que la question soit examinée froidement lors de la prochaine session ordinaire de mars.

A toutes fins utiles, le président Kengo a demandé à la commission Politique, juridique et administrative (PAJ) de prendre note de toutes les préoccupations et de les synthétiser.

Le sénateur Toussaint Ekombe, en charge de la PAJ, a précisé que la décision d’inscrire ce point à l’ordre du jour du Sénat a été prise par le Bureau du Sénat et non par celui de l’Assemblée nationale. Ainsi, a-t-il dit, la discussion sur cette question ne doit plus avoir lieu dans la mesure où la majorité s’était déjà prononcée mardi.

Faisant remarquer que le point qui leur est soumis est une initiative du Bureau du Sénat et non la proposition de loi qui fera l’objet d’un examen par le Congrès, il a rappelé que la procédure d’urgence fait aussi partie de la procédure normale et que la session extraordinaire elle-même est une procédure d’urgence.

Il a fait la différence entre la Constitution rigide, semi-rigide et souple, déclarant que celle de la RDC est semi-rigide.

Cependant, sur proposition de Mme la sénatrice Bernadette Nkoy Mafuta, la séance a été suspendue pour reprendre ce jeudi à 11 heures.

Mireille13 janv. 2011 07:59
Pour les mêmes raisons, et aussi par souçi de d' éfficacité, je suis d' accord pour une révision constitutionnelle afin de limiter à moins de quinze membres la composition du gouvernement ,réduire de moitié le nombre des députés qui ne désigneront plus par cette civilié archaique de "Honorable"( En quoi les sont-ils?). Trouvons normal qu' il y ait plus de députés( pour frimer) dans l' hémicycle que de professeurs d' université dans la ville de Kinshasa qui compte plus de six millions d' habtiants? Drôle d' élite politique.

Autres articles


  1. UDPS et UNC unissent leurs forces pour les élections (20 novembre 2018)
  2. La CENI réaffirme « la tenue irréversible » des élections le 23 décembre (20 novembre 2018)
  3. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  4. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  5. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  6. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  7. Fayulu candidat commun : Felix Tshisekedi retire sa signature (12 novembre 2018)
  8. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  10. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Martin Fayulu : « Le peuple a besoin des leaders qui vont l'amener au développement » (12 novembre 2018)
  13. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  14. Des candidats de l'opposition demandent la radiation d'Emmanuel Ramazani de la course (7 novembre 2018)
  15. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  16. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  17. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  18. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  19. Félix Tshisekedi plébiscité candidat président du Parti de l'union nationale (6 août 2018)
  20. Des coups de feu pour disperser les manifestants pro Katumbi à Lubumbashi (6 août 2018)
  21. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  22. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  23. Moïse Katumbi bloqué en Zambie (3 août 2018)
  24. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  25. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  26. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)
  27. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  28. Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique en RDC (12 février 2018)
  29. Les laïcs catholiques accusent la police d'usage disproportionné de la force (31 décembre 2017)
  30. La marche des laïcs catholiques dispersée à Kinshasa (31 décembre 2017)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.