Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Bas-Congo: après les violences, polémiques sur les responsabilités

Article précédant | Suivant
MISNA - 5 février 2007 15:02

Jean-Pierre Bemba et Joseph Kabila Les habitants de Boma, l'une des villes du Bas-Congo théâtre vendredi des sanglantes émeutes post-électorales ayant opposé les forces de l'ordre aux militants du mouvement politico-religieux Bundu dia Kongo (Bdk), n'ont répondu que partiellement à l'appel à la "matinée de deuil national" en hommage aux dizaines de victimes lancé ce week-end par Jean-Pierre Bemba, dirigeant du Mlc (Mouvement de libération du Congo) et allié du Bdk au sein de la coalition d'opposition Union pour la nation (Un).

"Les réactions ont été partagées" raconte une source digne de foi contactée par la MISNA dans la localité sud-occidentale, "les magasins du centre ville et certaines écoles sont restées fermées, d'autres habitants sont allés vaquer normalement à leurs occupations", suivant au contraire l'appel du gouverneur sortant de la province du Bas-Congo, Jacques Mbadu (indépendant proche de la coalition au pouvoir Alliance pour la majorité présidentielle, Amp). Ce dernier a tenu hier un point de presse, durant lequel il a estimé qu'une journée de deuil national pourrait être proclamée par le gouvernement une fois que les enquêtes sur les violences auraient abouti, selon des propos référés à la MISNA par une source journalistique locale. Concernant les événements, le gouverneur Mbadu a affirmé que les responsabilités étaient à partager entre le Bdk, qui a appelé à manifester sans en avoir informé les autorités et la police comme prévu par la loi, et les forces de l'ordre qui ont utilisé des armes à feu contre les manifestants sans y avoir été autorisées.

Ce week-end, Jean-Pierre Bemba (ancien chef rebelle, perdant au ballottage présidentiel contre Joseph Kabila mais récemment élu sénateur pour la ville-province de Kinshasa) a sévèrement condamné les violences au Bas-Congo, affirmant : "Personne ne peut comprendre que les autorités puissent faire un usage démesuré et peu conforme des forces de l'ordre pour anéantir dans le sang les populations qui sont au demeurant dans leur droit constitutionnel de protester par des manifestations pacifiques".

Selon des sources de la MISNA résidant au Bas-Congo, "ces déclarations sont à prendre avec des pincettes car il est évident que sortant de la bouche du leader de l'opposition, elles visent surtout à discréditer le pouvoir et le président Kabila, sans tenir compte que le Bdk est un mouvement qui fait ses revendications par la force et qui a déjà fait couler du sang dans le passé".

Le bilan officiel fourni par les autorités locales du Bas-Congo des affrontements entre militants du Bdk et forces de l'ordre (police appuyée par les Forces armées congolaises) est de 87 morts, dont une majorité de sympathisants du Bdk, répartis dans les localités de Matadi (chef-lieu), Nsongololo, Muanda et Boma. "Il est certainement plus lourd dans la réalité" dit encore la source de la MISNA depuis Boma, "d'autant plus que les médias radio-télévisés locaux ont reçu l'ordre de ne pas parler des événements dans leurs programmes. Il est donc encore très difficile d'obtenir et de s'échanger des informations dans la province".


Autres articles


  1. Bemba, Katumbi, Muzito et Matungulu renouvellent leur soutien à Martin Fayulu (16 novembre 2018)
  2. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  3. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  4. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  5. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  6. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  7. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  8. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  9. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  10. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  11. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  12. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  13. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  14. Jean-Pierre Bemba condamné à 18 ans de prison (21 juin 2016)
  15. Joseph Kabila invite les Congolais « au règlement pacifique de toutes divergences politiques » (29 juin 2015)
  16. Bemba-Luhaka : le divorce consommé (15 décembre 2014)
  17. Les fondateurs du MLC soutiennent Luhaka, Kambinga et Egwake (10 décembre 2014)
  18. Les membres du MLC au nouveau gouvernement exclus du parti (8 décembre 2014)
  19. Joseph Kabila nomme le gouvernement de «cohésion nationale» (8 décembre 2014)
  20. Katanga: la société civile s'oppose à la prolongation du mandat de Joseph Kabila (2 mai 2014)
  21. Le MLC rejette le scrutin indirect proposé par la CENI (10 mars 2014)
  22. Procès Bemba à la CPI: vague d'arrestations au MLC (25 novembre 2013)
  23. La Cour suprême de justice valide l'élection des gouverneurs du Bas-Congo et de la Province Orientale (3 janvier 2013)
  24. La RDC veut sortir Matadi de la liste des « ports les plus chers du monde » (14 novembre 2012)
  25. Shabani, Diomi, Lumbala: l'opposition politique en débandade (25 septembre 2012)
  26. Un nouveau paysage politique se dessine après les lêgislatives de 2011 (3 février 2012)
  27. Le mot de grève d'Etienne Tshisekedi n'a pas été suivi à Matadi (30 janvier 2012)
  28. Les enseignants du secteur public en grève dans la province du Bas-Congo (10 janvier 2012)
  29. Joseph Kabila réélu président de la République démocratique du Congo (9 décembre 2011)
  30. Joseph Kabila affirme être « le seul président jusqu'à l'élection du 28 novembre » (26 novembre 2011)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.