Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Signature de la charte de la Majorité Présidentielle

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 6 avril 2011 00:10
Joseph Kabila

La charte de la Majorité présidentielle (MP) a été signée hier mardi 5 avril à Kinshasa par 27 partis politiques et 13 personnalités indépendantes. Explication : la machine électorale de Joseph Kabila est constituée et prête à se lancer dans la campagne au premier signal. Toutefois, à ce grand rendez-vous, il a été noté l’absence du Palu et de l’Udemo-alliés de l’ex-AMP- de même que de l’ARC, un ancien sociétaire de la majorité présidentielle formée en 2006. Apparemment, il n’est pas exclu qu’il y ait du grabuge dans l’air dans les jours qui viennent.

Pourtant, elle est notamment  « constituée des formations politiques, des personnalités politiques indépendantes et de structures associées signataires de la charte de l’Alliance de la majorité présidentielle ».

27 partis politiques, 13 personnalités politiques  de même que quelques associations ont signé hier mardi 5 avril la charte de la Majorité présidentielle (MP). Les 27 nouveaux membres  de la tombeuse de l’AMP sont : Pprd, Msr, Pdsc, Rcd/Kml, Unafec, Unadef, Panu, Ccu, Codeco, Dcf/Cofedec, Uprdj, Prl, Panadis, Scode, Uldc, Pa, Afdc, Ucn, Ucrj, Peco, Mtd, Crd, Adh, Mdd, Adeco, Udeco et Cdr.

Tous les succès récoltés depuis 2006 l’ont été « grâce aux efforts de tous les membres réunis de l’Alliance de la majorité présidentielle et de ses alliés », a souligné le chef de l’Etat, Autorité morale de la Majorité présidentielle, dans une déclaration lue par le sénateur Yerodia Abdoulaye Ndombasi en réponse à la « motion de confirmation de confiance à l’Autorité morale ».

Après avoir félicité tous les membres de sa famille politique pour leur « grande discipline en dépit des vents contraires qui ont failli ébranler » leur plateforme politique, Joseph Kabila a salué les « expériences cumulées depuis 2006 grâce à la bonne gouvernance, la démocratie, le patriotisme et l’éthique républicaine ».

« Nous avons un nouveau challenge qui exige de nous plus d’efforts. J’invite chacun à plus d’efforts pour bâtir un Congo que nous voulons uni, fort et prospère. Je sais qu’en comptant sur vous, je ne serai pas déçu », a affirmé le président Joseph Kabila.

LE « DEBUT D’UNE AUTRE HISTOIRE »

En 2006, a rappelé le secrétaire exécutif adjoint Koyagialo Ngbase te Gerengo, il y a eu l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) pour la quête du pouvoir de l’Etat. « Contre vents et marées, nous avons gagné l’élection présidentielle et la majorité parlementaire », s’est-il réjoui. « Mais, nous avons constaté qu’il y avait des lacunes. Des voix ont demandé la restructuration de l’AMP. C’est ce qui justifie sa transformation en Majorité présidentielle constituée de tous les partis et toutes les associations qui ont décidé de poursuivre l’œuvre en vue de soutenir notre Autorité morale aux échéances prochaines », a-t-il expliqué.

Cependant, a-t-il insisté, « tout le monde a dit niet à la fusion. Tous les partis politiques restent tels qu’ils sont au sein de la majorité présidentielle. Le président Joseph Kabila va continuer à rassembler davantage les Congolais. La porte de la MP reste ouverte pour un Congo uni, fort et prospère ».

A propos de prochaines échéances électorales, Koyagialo a dit qu’« il y aura la mise en commun des mandats politiques ». La MP « n’envisage pas de liste unique » aux élections, a-t-il tenté de rassurer l’assistance.

Et pourtant dans l’assistance, ni au nombre des banderoles et drapelets des partis flottant dans le ciel du stade Vélodrome de Kintambo, aucune trace du Palu ni de l’Udemo. Encore moins de l’ARC et d’autres partis politiques moins visibles.

Que faut-il en tirer comme conséquence immédiate et à venir ? La préoccupation est de taille d’autant que  Koyagialo Ngbase te Gerengo a indiqué dans son mot d’ouverture que  « La naissance de la Majorité présidentielle marque la fin d’une histoire et le début d’une autre. Elle marque la fermeture d’une page et l’ouverture d’une autre ».  Qu’est-ce à dire ? Que  les accords politiques signés en 2006 vont tomber  caducs ou survivre jusqu’aux prochaines échéances ?  En d’autres termes, les deux alliés vont-ils conserver leurs postes alors que leur partenaire de 2006 vient de disparaitre et que désormais ils ont en face un nouvel  interlocuteur dénommé MP. Celle-ci est dotée d’une nouvelle vision, d’une nouvelle charte, de nouveaux objectifs, de nouveaux organes, etc.

Objectifs et organisation de la MP

« L’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) est transformée à dater de ce jour en une nouvelle plateforme dénommée Majorité présidentielle, en sigle MP », stipule l’article 1er de la charte signée à Kinshasa le 5 avril 2011 par ses membres fondateurs.

Aux termes de ce document lu par le président de la CCU, ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga, la MP poursuit huit objectifs, dont le premier vise à « constituer un mouvement fort, compétitif et cohérent, capable d’affronter la nouvelle situation politique dans le pays et de renforcer l’efficacité de la gouvernance en œuvrant pour la cohésion institutionnelle ».

Si, pour le second, il s’agit de « pérenniser la vision patriotique, nationaliste et démocratique de l’Autorité morale de la MP », le troisième consiste à « resserrer les rangs des forces patriotiques et nationalistes » dans leur action de sauvegarde de l’intégrité territoriale, de l’unité nationale et de la souveraineté de la RDC.

En outre, la MP veut « renforcer l’engagement des membres de la majorité présidentielle » pour faire face aux hostilités croisées contre leur ambitieux projet de renaissance de la RDC et « accélérer le processus de mise en œuvre en RDC d’un Etat de droit et d’une société d’égalité de chances », marquée par une croissance économique forte, durable, une vision sociale et une justice distributive.

Les trois derniers objectifs portent sur la poursuite en RDC du « programme de reconstruction » (infrastructures, énergie, agriculture, environnement, éducation, santé, qualité de la vie), la radicalisation de la « lutte contre les anti-valeurs » (corruption, clientélisme, tribalisme, recours à la violence et aux voies de fait) et sur la consécration, dans la vie institutionnelle congolaise, du « dialogue »,  de la « transparence », du « respect des droits humains » et de la « participation citoyenne ».

L’Autorité morale, le Bureau politique, la Conférence des partis politiques et personnalités politiques indépendantes ainsi que le secrétariat général sont les organes de la Majorité présidentielle.  « L’Autorité morale est le chef de la Majorité présidentielle dont elle assure la haute direction, entérine les résolutions prises en son absence avant leur mise en exécution, veille à l’unité de la Majorité présidentielle, supervise la participation des partis et personnalités politiques indépendantes membres aux échéances électorales, coordonne à cet effet la mise en commun des mandats électoraux à solliciter par les membres et assure l’arbitrage y relatif le cas échéant », dispose la charte.

Le Bureau politique ainsi que la Conférence des partis politiques et personnalités politiques sont respectivement les organes « de coordination, de conception, d’orientation et de décision » et « de concertation et de réflexion » de la MP. Quant au Secrétariat général, il est composé de 7 membres (SG, SGA, secrétaires nationaux à la mobilisation politique et à la communication, à la stratégie, à l’organisation et logistique, aux relations avec les organisations politiques et structures associées, aux finances), nommés et relevés, le cas échéant, de leurs fonctions par l’Autorité morale de la MP.

« Les ressources de la Majorité présidentielle proviennent de cotisations des membres, dons et legs et subventions. Le montant des cotisations est fixé chaque année par le Bureau politique sur proposition du secrétaire général », dispose l’article 34 de la charte. Un régime disciplinaire sanctionne les « fautes » commises par les membres de la Majorité présidentielle.

Comme on le voit, il est probable qu’il y ait du grabuge dans l’air, à moins que la clarification exigée par les alliés vienne fixer et apaiser les esprits de tous.


Autres articles


  1. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  2. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  3. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  4. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  5. Fayulu candidat commun : Felix Tshisekedi retire sa signature (12 novembre 2018)
  6. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  7. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  8. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  9. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  10. Martin Fayulu : « Le peuple a besoin des leaders qui vont l'amener au développement » (12 novembre 2018)
  11. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  12. Des candidats de l'opposition demandent la radiation d'Emmanuel Ramazani de la course (7 novembre 2018)
  13. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  14. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  15. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  16. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  17. Félix Tshisekedi plébiscité candidat président du Parti de l'union nationale (6 août 2018)
  18. Des coups de feu pour disperser les manifestants pro Katumbi à Lubumbashi (6 août 2018)
  19. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  20. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  21. Moïse Katumbi bloqué en Zambie (3 août 2018)
  22. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  23. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  24. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)
  25. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  26. Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique en RDC (12 février 2018)
  27. Les laïcs catholiques accusent la police d'usage disproportionné de la force (31 décembre 2017)
  28. La marche des laïcs catholiques dispersée à Kinshasa (31 décembre 2017)
  29. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  30. L'élection présidentielle fixée au 23 décembre 2018 (5 novembre 2017)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.