Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Les évêques catholiques de la RDC appellent à la cohésion nationale contre le M23

Le Potentiel | Publié le 08 décembre 2012
Des évêques congolais membres de la Cenco le 23/6/2011 au centre Nganda à Kinshasa
Des évêques congolais membres de la Cenco le 23/6/2011 au centre Nganda à Kinshasa | Agrandir
Les évêques et archevêques  catholiques membres de la  Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), ont lancé vendredi un message au  peuple congolais lui  demandant  de consolider  la cohésion nationale, afin de mieux  affronter ensemble le défi  lancé à la république par la prise , le 20 novembre 2012  dernier , de la ville de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu par les rebelles du M23 sous l’instigation de leurs parrains étrangers.

Les évêques catholiques ont lancé cet appel à l’issue de leur entretien avec  le président du Sénat, M. Léon Kengo wa Dondo.

L’entretien avec le président du Sénat avait été décidé  lors d’une réunion extraordinaire du comité permanent des  membres de la CENCO.

La veille mercredi, les évêques et archevêques  membres de la CENCO  avaient lancé un message à tous les Congolais intitulé : « Peuple congolais, lève toi, sauve ta  patrie » et dans lequel ils   insistent  sur la cohésion nationale pour résister à toutes  les agressions extérieures.

Dans ce même message, les évêques catholiques attirent l’attention du gouvernement sur les pièges de la rencontre de Kampala avec le M23 prévue à partir du dimanche 9 décembre. Ils demandent aux représentants congolais aux  assises  de Kampala avec le M23 de « ne pas  hypothéquer l’unité de la nation congolaise et de ne pas avaliser des accords qui consacreraient la balkanisation de la RDC ».

Les prélats catholiques  attirent  l’attention de  la délégation  gouvernementale  présente   à Kampala sur les pièges de cette rencontre,  et  l’invitent  à  la vigilance et à la clairvoyance, soulignant qu’un «schéma directeur fixant le degré et la nature des concessions possibles, acceptables et tolérables doit être établi et scrupuleusement respecté » dans la mesure où « un accord qui hypothèquerait la souveraineté nationale est inacceptable ».

Les accords du 23 mars 2009, dont les rebelles accusent leur mauvaise application, avaient été  signés entre le gouvernement congolais et l’ex-rébellion du CNDP, dont sont issus la plupart des membres du M23. Ces accords  prévoyaient  notamment l’intégration des combattants rebelles dans l’armée et la police et  des cadres civils du mouvement  dans les institutions politiques.

Après la signature de ces accords, le CNDP s’était mué en parti politique.



TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2023 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.