Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Mandats présidentiels : manoeuvres pour contourner l'article 220

Article précédant | Suivant
Le Phare - 17 mars 2014
Joseph Kabila
La Radio France Internationale a lancé, dans ses bulletins d’information de lundi 17 mars 2014 dans la matinée, un véritable pavé dans la mare. Il s’agit des manœuvres en cours au sein de la Majorité présidentielle en vue de contourner l’article 220 de la Constitution interdisant toute révision du nombre de mandats présidentiels. A en croire cette radio périphérique, des têtes pensantes de la famille politique du Chef de l’Etat réfléchiraient aux voies et moyens devant aboutir à la modification du mode de vote du Chef de l’Etat, qui ne devrait plus être élu au suffrage universel direct mais plutôt au second degré, au niveau du Parlement, comme en 1960, sous le régime de la Loi fondamentale.

Ainsi, l’article 220 pourrait rester en l’état, avec sa disposition interdisant à tout Congolais d’exercer plus de deux mandats présidentiels. D’où, le verrouillage constitutionnel tant clamé par les opposants à toute révision constitutionnelle n’aurait plus aucun effet sur Joseph Kabila, directement visé par la campagne « Touche pas à mon 220 ». Selon les architectes du projet d’élection du Président de la République par les « Grands Electeurs », le compteur devrait être remis à zéro, dès que pareille innovation serait adoptée, notamment par voie de référendum.

Dans cette hypothèse, tous les mandats exercés jusque-là par Joseph Kabila tomberaient caducs, même celui en cours, qui pourrait s’arrêter brutalement à la fin de cette année 2014. Il pourrait ainsi se porter candidat en 2015, pour un nouveau mandat dont la durée serait, cette fois-là, de 7 ans et non 5, comme prévu dans l’actuelle Constitution. La formule, indique-t-on, est déjà expérimentée avec succès dans certains pays du continent, dont l’Angola et l’Afrique du Sud. Afin de préserver une éventuelle succession en cours de mandat, un poste de Vice-président serait créé, selon le modèle sud-africain.

Attention à un passage en force

D’aucuns croient savoir que l’information médiatisée par RFI serait le fruit d’une fuite délibérément provoquée par la Majorité Présidentielle elle-même. La stratégie s’inscrirait dans la droite ligne de la recherche du feed-back que celui produirait au sein d’une opinion congolaise fortement mobilisée autour de l’épuisement, par Joseph Kabila, de ses mandats constitutionnels. Pendant qu’au sein de sa famille politique, certaines voix martèlent qu’il respectera la Constitution et rendrait le tablier à son successeur, selon les règles de l’art, l’on entend également certaines autres déclarer haut et fort que la révision constitutionnelle fait partie de us et coutumes démocratiques.

Tout en respectant le droit de la Majorité Présidentielle de réfléchir à haute voix autour du mandat présidentiel, les observateurs pensent que ce que celle-ci devrait éviter, c’est de se lancer dans des initiatives constitutionnelles ou juridiques de nature à provoquer de nouvelles frustrations au sein de la communauté nationale, comme c’était le cas en février 2006, avec la modification des règles du jeu démocratique en plein processus électoral. Même si les députés et sénateurs représentent le souverain primaire au sein du Parlement, il ne serait pas bon de laisser tout le temps l’impression que l’opinion des masses ne compte pas.

Pour le cas d’espèce, il est notoirement établi que l’article 220 de la Constitution est intouchable. Mais si les circonstances exigent qu’il soit absolument amendé, il serait plus juste d’en informer largement l’opinion nationale et de soumettre, le cas échéant, la question à un référendum constitutionnel réellement transparent.

Recensement : autre piège

Dans son message d’ouverture de la session parlementaire de mars, le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo, a souhaité qu’un recensement général de la population congolaise soit fait avec de passer à l’exécution de la « feuille de route » de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante). Certains analystes politiques, connaissant bien la lenteur administrative légendaire dont souffre la République Démocratique du Congo, redoutent que cette opération ne s’étende sur quatre à cinq ans, soit de 2015 à 2019 ou 2020. Le résultat serait, au finish, l’octroi d’un mandat supplémentaire gratuit à ceux qui siègent dans les institutions de la République.

Dans ce cas, la Majorité présidentielle n’aurait plus besoin ni de provoquer un changement de mode électoral du président de la République, ni un amendement de l’article 220. Ceux qui se sont toujours méfiés des propos et initiatives de Kengo le soupçonnent de vouloir offrir à la Majorité Présidentielle un raccourci qui ferait moins de dégâts dans l’opinion.


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  3. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  4. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  5. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  6. Fayulu candidat commun : Felix Tshisekedi retire sa signature (12 novembre 2018)
  7. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  8. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  9. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  10. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  11. Martin Fayulu : « Le peuple a besoin des leaders qui vont l'amener au développement » (12 novembre 2018)
  12. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  13. Des candidats de l'opposition demandent la radiation d'Emmanuel Ramazani de la course (7 novembre 2018)
  14. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  15. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  16. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  17. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  18. Félix Tshisekedi plébiscité candidat président du Parti de l'union nationale (6 août 2018)
  19. Des coups de feu pour disperser les manifestants pro Katumbi à Lubumbashi (6 août 2018)
  20. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  21. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  22. Moïse Katumbi bloqué en Zambie (3 août 2018)
  23. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  24. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  25. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)
  26. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  27. Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique en RDC (12 février 2018)
  28. Les laïcs catholiques accusent la police d'usage disproportionné de la force (31 décembre 2017)
  29. La marche des laïcs catholiques dispersée à Kinshasa (31 décembre 2017)
  30. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.