Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Révision de la Constitution: François Muamba et Vital Kamerhe à la MONUSCO

Article précédant | Suivant
La Prosperité - 18 janvier 2011
Vital Kamerhe

Quelques ténors de l’opposition réunie, à savoir François Muamba du MLC ; Vital Kamerhe de l’UNC et Me Shabani de l’UDPS, ont été hier, lundi 17 janvier 2011, au siège de la Monusco, pour prendre la communauté internationale à témoin au regard de la révision constitutionnelle, du reste approuvée par la majorité le samedi 15 janvier 2011.

Pour l’opposition donc, le matche n’a pas encore pris fin. Au contraire, ça ne fait que commencer. L’opposition, ont-ils martelé, va prendre ses responsabilités face au ‘‘coup de force’’ de la majorité sur une Constitution sortie d’âpres négociations et pour laquelle il a fallu battre campagne, une année durant, pour son acceptation dans le cadre du référendum constitutionnel.

Pour François Muamba du Mouvement de Libération du Congo, "L’heure est grave, le peuple congolais a assisté médusé à une décision du Chef de l’Etat consistant à sortir du consensus obtenir par d’énormes sacrifices. Le consensus qui nous avait donné la constitution du 18 février 2006. Nous sommes donc dans ce format que vous voyez, c’est-à-dire, l’opposition politique en RDC, toute tendance confondue tant parlementaire qu’extra-parlementaire, nous sommes venus ici au siège des Nations Unies pour dire à quel point nous considérons, et le peuple congolais avec nous, que ce processus qui a démarré au parlement n’est pas terminé. Nous n’acceptons pas et le peuple congolais n’accepte pas que, d’une manière unilatérale, ce que nous venons dire ici que Kabila se donne des règles qui lui conviennent. Et donc pour le dire, il a fallu que nous puissions, les uns et les autres, avoir à l’esprit que le combat ne fait que commencer".

Et à Kamerhe de l’Union pour la Nation Congolaise de poursuivre : "Nous voulons d’abord réaffirmer ce que François a dit. La première surprise que nous avions réservée au pouvoir actuel, c’était un communiqué conjoint de l’ensemble de l’opposition. Ils nous ont donné l’opportunité d’abord de nous réunifier parce que nous étions tous menacés. La deuxième surprise viendra. C’est pour confirmer que nous n’avons pas peur d’un seul tour, mais nous tenons beaucoup à la cohésion nationale parce que nous ne voulons pas un Président mal élu. Nous pouvons vous démontrer sur papier que la Province Orientale, à elle seule, peut faire sortir un Président avec 20%, la province du Katanga aussi 20%, à elle seule. Mais ce n’est pas de cela dont nous avons besoin. Nous avons besoin en tant que pays post-conflit, avec un processus qui a coûté du sang des congolais, que nous puissions avoir un Président bien élu. Et donc, la Constitution du 18 février est le fruit d’âpres négociations de Sun City. Si nous sommes venus à la Monusco, ce n’est pas pour pleurnicher, ni vendre la souveraineté de notre pays. C’est parce que le processus avait été garanti par la Communauté Internationale qui avait signé sur le papier de l’accord global et inclusif. Donc, on ne peut pas se réveiller un matin et dire que nous changeons une Constitution pour laquelle nous avons fait une campagne pendant 1 année à travers tout le pays... Un Gouverneur, on peut le remercier comme on veut ? Puisque vous insister beaucoup sur le mode de scrutin, mais vous oublier que la révision implique que le Gouverneur, désormais, quand le Président est de mauvaise humeur, il peut le remercier. Ça implique que quand le Président se réveille de mauvais pied il peut dissoudre les Assemblées Provinciales alors que nous devrions avancer, en organisant les élections municipales, locales et urbaines pour rapprocher les Gouvernants des Gouvernés. Alors que les uns attendaient que la décentralisation devienne effective avec les 40% ; que les Gouvernants fassent leur travail, les gens attendent les 26 provinces ; nous faisons un bond dans l’inconnu, nous rentrons 20 ans en arrière".

A Me SHABANI de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social de conclure : "Nous sommes venus interpeller la communauté internationale à travers la Monusco sur les risques d’instabilité que court le pays. Nous sommes venus leur dire que nous allons prendre nos responsabilités en tant qu’opposition, nous allons aller jusqu’au bout dans ce processus électoral, nous leur demandons de prendre leur responsabilité parce qu’ils accompagnent le pays dans ce processus depuis des longues années. Je pense que l’échange a été fructueux".


Autres articles


  1. Moïse Katumbi appelle Felix Tshisekedi et Vital Kamerhe à revenir à la raison (17 novembre 2018)
  2. Bemba, Katumbi, Muzito et Matungulu renouvellent leur soutien à Martin Fayulu (16 novembre 2018)
  3. Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe répondent à Martin Fayulu (14 novembre 2018)
  4. Jacques Djoli reste optimiste pour la suite de l'accord de Genève (14 novembre 2018)
  5. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  6. A Genève, les leaders de l'opposition avaient promis de mettre fin à leur carrière, en cas du non-respect des engagements (13 novembre 2018)
  7. Vital Kamerhe : « L'UNC reste ouverte à d'autres discussions pour aller aux élections avec d'autres partis » (13 novembre 2018)
  8. Accord de Genève : Fayulu révulsé par les désistements de Tshisekedi et Kamerhe (13 novembre 2018)
  9. Vital Kamerhe retire aussi sa signature de l'accord de Genève (12 novembre 2018)
  10. Fayulu candidat commun : Felix Tshisekedi retire sa signature (12 novembre 2018)
  11. Manifestation des sympathisants de l'UDPS et de l'UNC pour s'opposer à la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  12. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  13. Election présidentielle : le film du sacre de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  14. La jeunesse de l'UDPS rejette la désignation de Martin Fayulu (12 novembre 2018)
  15. Martin Fayulu : « Le peuple a besoin des leaders qui vont l'amener au développement » (12 novembre 2018)
  16. Election présidentielle en RDC : Martin Fayulu désigné candidat commun de l'opposition (11 novembre 2018)
  17. L'opposition se réunit à Genève pour désigner un candidat commun à la présidentielle (9 novembre 2018)
  18. Des candidats de l'opposition demandent la radiation d'Emmanuel Ramazani de la course (7 novembre 2018)
  19. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  20. La candidature de Jean-Pierre Bemba à l'élection présidentielle déclarée irrecevable (25 août 2018)
  21. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  22. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  23. Félix Tshisekedi plébiscité candidat président du Parti de l'union nationale (6 août 2018)
  24. Des coups de feu pour disperser les manifestants pro Katumbi à Lubumbashi (6 août 2018)
  25. Vital Kamerhe investi candidat de l'UNC à la présidentielle (4 août 2018)
  26. Moïse Katumbi bloqué en Zambie : Jean-Pierre Bemba appelle Kinshasa à « calmer le jeu » (4 août 2018)
  27. Moïse Katumbi bloqué en Zambie (3 août 2018)
  28. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  29. Jean-Pierre Bemba investi candidat du MLC à la présidentielle (13 juillet 2018)
  30. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.