Congo Planète
Rechercher Congo Planete
Accueil Nouvelles Vidéos Musique Photos Facebook Twitter Rencontres Newsletter Podcasts Mobile RSS
Après la Magistrature, purge urgente dans les autres institutions

Article précédant | Suivant
Le Potentiel - 18 juillet 2009
Joseph Kabila

La révocation des magistrats véreux est un premier pas dans la bonne direction. Les populations congolaises exigent davantage de volonté politique pour nettoyer les derniers secteurs gangrenés par la corruption. Dans la ligne de mire : la classe politique au pouvoir, l’armée, la police ainsi que les mandataires publics. Car le développement du pays est incompatible avec la corruption institutionnalisée.

Confirmation du ministre de la Justice : « les effets induits dans la lutte contre la corruption au sein de la magistrature seront suivis par les autres corps…. Dans les prochains jours, les magistrats militaires seront également concernés ».

Qui d’autre aurait pu dire mieux ? Les propos du Garde des sceaux, Luzolo Bambi, suscitent incontestablement les encouragements de la part des justiciables, tant congolais qu’étrangers établis sur le sol de la RDC. Il y a longtemps que les plus faibles et les plus vulnérables d’entre eux réclament - vainement - d’être traités équitablement devant les tribunaux.

Donc, coup de chapeau au président de la République pour avoir, finalement, joint l’acte à la parole. C’est avec raison que le ministre de la Justice peut dire que « la lutte contre la corruption n’est plus un slogan » du fait que l’Exécutif vient de poser « des actes qui parlent, qui démontrent la volonté de lutter efficacement » contre le fléau.

UNE JUTEUSE PRIME A L’IMPUNITE

Néanmoins, estime l’immense majorité du peuple congolais, un pas décisif sera accompli dans cette croisade le jour où les autres catégories socioprofessionnelles seront sanctionnées pour actes de corruption avérée.

A présent, le regard des Congolais est, par conséquent, tourné vers Joseph Kabila. Les citoyens attendent que la deuxième phase de moralisation de la vie politique rattrape les fossoyeurs qui s’abritent, plus qu’ailleurs, sous les lambris de la présidence de la République, des cabinets ministériels, du Sénat, de l’Assemblée nationale, des Forces armées, des services de sécurité. Sont également ciblés les mandataires placés à la tête des entreprises d’Etat.

Il serait vain, disent les Congolais, de révoquer ou déchoir un cadre corrompu si cette déchéance n’est pas immédiatement suivie d’un procès en règle devant les tribunaux. Refuser d’accompagner la sanction des poursuites judiciaires équivaut à donner une juteuse prime à l’impunité. Car de l’expérience des Congolais, un haut cadre professionnellement « neutralisé » a la conviction d’être protégé par la haute hiérarchie. Ce faisant, il garde l’espoir d’être réhabilité un jour, après une traversée du désert relativement longue. D’où la culture des antivaleurs, de la mal gouvernance !

FRAPPER, SANS PITIE, DES INDELICATS

Les autorités congolaises, comme les y invitent leurs partenaires de la communauté des bailleurs de fonds, ne devraient pas fermer les yeux sur les méfaits de la corruption. Ce fléau sabote les projets de développement, sape la confiance dans les institutions démocratiques et ouvre la voie aux criminels et aux terroristes transnationaux.

En d’autres termes, la corruption – sous sa forme suprême de pots-de-vin – a la faculté d’étouffer le développement socio-économique d’un pays, d’affaiblir ses institutions et de miner la distribution de la justice. Juste le tableau que présente la RDC.

L’heure est donc venue de frapper, sans pitié, des ministres tripatouilleurs, des collaborateurs de cabinets présidentiel et ministériels indélicats, des parlementaires corrompus et affairistes, des mandataires et des gouverneurs sans scrupule dans la gestion de la chose publique.

Cette guerre là-laborieuse, il est vrai - ne pourrait être gagnée qu’avec le concours honnête d’une magistrature intègre. Le chef de l’Etat est plus que jamais mis à l’épreuve pour convaincre les électeurs que son « souci » est, selon le ministre de la Justice, « de mettre la magistrature en ordre de bataille dans la mesure où de tous les corps, (c’est) elle (qui) a légalement mission de lutter contre la corruption ».


Autres articles


  1. L'unité de l'opposition vole en éclat avant l'élection présidentielle (13 novembre 2018)
  2. Fayulu candidat commun : l'UDPS donne 48 heures à Felix Tshisekedi pour retirer sa signature (12 novembre 2018)
  3. Bemba a pris l'option de « donner une chance à la Cour constitutionnelle de montrer son indépendance » (Djoli) (27 août 2018)
  4. Les derniers candidats à l'élection présidentielle ont déposé leurs dossiers (8 août 2018)
  5. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l'élection présidentielle (8 août 2018)
  6. Jean-Pierre Bemba est arrivé à Kinshasa (1 août 2018)
  7. Malgré les répressions sanglantes, les appels à marcher du CLC très suivis (27 février 2018)
  8. Corneille Nangaa : « Sans machine à voter, il n'y aura pas d'élections le 23 décembre 2018» en RDC (13 février 2018)
  9. Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique en RDC (12 février 2018)
  10. La marche des laïcs catholiques dispersée à Kinshasa (31 décembre 2017)
  11. Calendrier électoral en RDC : avalanche de réactions sur Twitter (6 novembre 2017)
  12. Félix Tshisekedi accuse la CENI de prolonger illégalement le mandat de Kabila (24 octobre 2017)
  13. L'ONU déplore la «dégradation inquiétante» de la situation des droits de l'homme en RDC (27 septembre 2017)
  14. Moise Katumbi et Félix Tshisekedi plaident pour une transition sans Kabila (19 septembre 2017)
  15. Cardinal Monsengwo : « Il est révolu le temps où l'on prenait le pouvoir par les armes » (25 décembre 2016)
  16. Kinshasa : 9 morts dans des heurts entre population et policiers (officiel) (21 décembre 2016)
  17. Pour la France, renvoyer la présidentielle à 2018 «n'est pas une réponse» à la crise (18 octobre 2016)
  18. Dialogue: l'accord politique adopté «par acclamation» (17 octobre 2016)
  19. Joseph Olenghankoy parle de 75 personnes tuées lors des manifestations de Kinshasa (21 septembre 2016)
  20. Dialogue : la CENCO suspend sa participation pour « faire le deuil et rechercher un consensus » (20 septembre 2016)
  21. L'opposant Katumbi condamné à 3 ans de prison pour un conflit immobilier (22 juin 2016)
  22. Moïse Katumbi inculpé pour « atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l'Etat », précise le parquet (19 mai 2016)
  23. Recrutement des mercenaires: Katumbi demande une confrontation avec les personnes arrêtées (12 mai 2016)
  24. Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues» (5 mai 2016)
  25. Joseph Kabila a décoré Papa Wemba à titre posthume (2 mai 2016)
  26. Moïse Katumbi: «Je donnerai bientôt ma position sur ma candidature» (31 mars 2016)
  27. Kyungu wa Kumwanza: «Nous aurions voulu entendre le président faire allusion à son départ» (16 décembre 2015)
  28. Jean Lucien Busa : « Le président Kabila place la RDC dans une perspective du chaos » (14 décembre 2015)
  29. Joseph Kabila veut un processus électoral «fruit d'un consensus librement dégagé» (14 décembre 2015)
  30. L'opposition contre un changement du mode du scrutin présidentiel en RDC (1 décembre 2015)


TV Congo Radio en ligne Radio en direct
Disponible sur App Store
Disponible sur Google Play


 

Nous contacter | Qui nous sommes | English Edition | Version en Anglais

© 2018 CongoPlanete.com. Tous droits réservés.